L'immoblog ou les vacances Ă  la montagne

Immobilia-Grimentz

mardi 31 octobre 2006

Derniers beaux jours

Avec la fin du mois d'octobre qui s'écoule peu à peu, les médias ne cessent de nous annoncer les derniers beaux jours d'automne. Oh, non que le temps tourne gros dès demain matin, mais les cirrus vont peu à peu peupler notre ciel pour laisser passer une dépression qui sera bien vite chassée par la bise en 2ème partie de semaine. Non, ce n'est pas la grosse tempête qui nous attend, mais une chute brutale des températures. C'est donc le moment de rentrer les géraniums. Quoique. Depuis une dizaine de jours, les balcons se dépareillent peu à peu. Selon le temps libre de chacun ou les vacances scolaires qui s'annonçaient.

Ces jours-ci nous tournons définitivement le dos à l'été. Les hôtels ferment leurs volets, l'agitation des nettoyages de fin de saison et le déblayement des terrasses finit de battre son plein. A part quelques villégiateurs habitués du coin, des propriétaires de logements, souvent des personnes âgées, seuls les indigènes peuplent la région. Et les nombreuses entreprises de chantier qui se dépêchent d'avancer les travaux avant les premières neiges. La chasse est terminée, la vendange depuis un bail aussi. Le changement d'heure nous précipite bien tôt dans nos foyers, le soir.

Non, ce ne sont pas les derniers beaux jours, mais définitivement les derniers jours de douceur. Nous reste le soleil avant l'arrivée de la neige et l'ouverture de la saison hivernale sur les pistes de ski, ce dont tout le monde se réjouit.

lundi 23 octobre 2006

La route de la vallée et ses check points

Il faudra bien vous l'avouer un jour. Pour parvenir jusqu'à Grimentz, c'est long et fastidieux. La route, taillée dans les rochers et longeant de spectaculaires précipices, n'est pas très large (par endroits) et fort tortueuse (tout le long). Evidemment, le paysage dominant du fond de la vallée avec nos 4000 (montagnes de plus de 4000 mètres, s'entend) est majestueux, mais d'aucun aura déjà fort à faire pour tenir sa droite avant d'observer si loin s'il n'en a l'habitude...

De plus, hors saison hivernale, la route est régulièrement agrémentée de travaux. De grands aménagements ont eu lieu pour améliorer la sécurité en cas de chutes de pierres (aux changements de temps et de températures). Mais aussi des travaux de comfort, des zones d'élargissement qui permettent aux plus lents de se laisser dépasser par les autres. M'enfin... ce point-là doit encore être éclairci auprès de certains conducteurs aigris ou volontairement bouchés... Pourtant, malgré une frayeur ou l'autre, un pare-brise fendu par un bris de rocher, je n'ai pas souvenir d'accidents majeurs dûs à ces chutes. Ni indigènes qui l'empruntent régulièrement ni touristes qui l'escaladent par gros temps bien que slalomer ne soit pas un vain mot, parfois.

Cet été donc, ce n'est pas moins de 3 check points à franchir pour rejoindre la plaine. Et n'escomptez pas avoir la chance de passer au vert à chacun d'eux, c'est quasi mission impossible! D'accord, nous sommes bien loin de l'époque muletière ou descendre à Sierre équivalait à se prendre la journée pour le trajet, mais les exigences modernes n'induisent plus cette patience. Et s'arrêter 3 fois pour, de plus, se retrouver derrière une plaque rouge, c'est le comble! Chers amis belges, ne m'en veuillez pas. Certains d'entre vous sont d'excellents grimpeurs dans notre vallée, mais votre géographie ne vous permet pas la pratique que nous acquérons dans nos contours et l'impatience nous gagne lorsque le rythme n'est pas à notre mesure.

Ces jours-ci pourtant, il vaut la peine de prendre son temps ou mĂŞme de s'arrĂŞter en route car les couleurs automnales sont plus Ă©clatantes encore qu'un Ă©talage de poivrons (ne me demandez pas pourquoi je tiens Ă  comparer les couleurs automnales Ă  des poivrons...).

La route de la vallée, c'est la fierté des anniviards. Il y a plus de 100 ans maintenant, nos ancêtres l'ont bâtie et financée seuls, si mes souvenirs sont exacts. Non mes souvenirs de l'époque, et pour cause!, mais de ceux qui m'ont été confiés. Hèhè... Cet épisode est symbolisé à Niouc par les 6 peupliers qui bordent la route et dominent fièrement la plaine du Rhône, en signe de victoire et de fièrté.

NB. La photo au sommet est tirée de la fête des 100 ans de la route. Ce n'est donc pas une scène du quotidien ;-)

dimanche 22 octobre 2006

De nos nouvelles dans votre boîte mail?

Ecrire un blog, c'est bien. Mais pour vous, lecteur assidu qui attendez de nos nouvelles avec impatience (oui, car je me permets effectivement d'imaginer qu'il existe des personnes qui tiennent à nous à ce point... enfin... je rêve peut-être...), il existe un moyen. Recevoir instantanément nos dernières news dans votre boîte e-mail! Pour ce faire :

1.       Allez Ă  l'adresse http://www.feedburner.com

2.       Collez l'adresse exacte http://immobilia-grimentz.blogspot.com dans le champ qui suit "Type Your Blog or Feed Address Here to Get Started:" puis validez par "Next".

3.       Apparaissent alors les Feed Title (laissez tel quel, ça va très bien), Feed Address (si j'ai bien compris, vous pouvez modifier la partie après http://feeds.feedburner.com/ comme bon vous semble) et finissez de remplir les champs de dessous par le username que vous vous aurez choisi au mĂŞme titre que le password et entrez l'adresse e-mail sur laquelle vous souhaitez recevoir de nos nouvelles.
(Notez Ă  tout hasard le lien que vous avez crĂ©Ă© et votre login et password. Je n'ai pas franchement cherchĂ© Ă  quoi ça sert, si ce n'est peut-ĂŞtre qu'Ă  vous dĂ©sabonner ou nous envoyer un commentaire ou... mais on ne sait jamais si ça peut servir.)

Ceci donc pour la mĂ©thode manuelle. Sinon, les moyens technologiques aidant, il vous suffit de tĂ©lĂ©charger le nouvel Internet Exporer 7.0 qui gère parfaitement les flux rss ou d'autres explorateurs comme Firefox, moyennant le plugin gratuit Sage, ou encore OpĂ©ra. Notez que la version 6.0 d'Internet Explorer nĂ©cessite le plugin gratuit RSSOwl. Bref, choisissez votre mĂ©thode.

 

Voilà, cessons là ces considérations techniques. Elles ne nous intéressent que moyennement et revennons dès la prochaine news à nos moutons.

mercredi 11 octobre 2006

Des outils de travail

Afin d’encore mieux vous servir, nous sommes entrain de mettre en place un nouvel outil de travail pour la gestion immobilière. Vente, location, gérance, outil de travail interne et interface web pour vous, tout y passe. Cela fait 2 ans que l’agence est sur le coup, je crois. J’ai rejoint ce projet, tout comme l’agence d’ailleurs, en avril de cette année. C’est une masse de travail pour obtenir un outil qui corresponde à nos besoins. C’en est une autre que de la compléter pour une utilisation satisfaisante et immédiate. Quand à le faire évoluer, c’est pas les idées qui manque pour augmenter notre efficacité !

Nous avons pour objectif de le rendre pleinement utilisable et d’y prendre offres et réservations d’ici à … un mois on dira. Histoire de démarrer la saison d’hiver de plein pied. Tout ce que je peux vous dire pour le moment et sans entrer dans des détails qui vous ennuieraient, c’est que ces prochaines semaines vont être chaudes. Je vous parie qu’on va même réussir à faire fondre la neige des cimes, à ce train-là. Alors, pourvu que nous aboutissions avant pour en garder pour le début de la saison de ski. Ce serait pas mal, hein ?

A tout bientôt, je suis « out of the office » pour une dizaine de jours. Je n’exclus pas de vous retrouver ici avant, mais comme les congés s’écoulent toujours assez vite et qu’ils sont déjà passablement programmés… « Gros becs » et a12c4 :-)

mardi 10 octobre 2006

Souriez, vous êtes filmés!

Bonsoir,

Je n’ose plus vous dire que le temps était fabuleux aujourd’hui, ça finirait par vous lasser. Seule ombre au paysage : c’était une journée de travail. On a donc laissé le soleil à d’autres.

Notre webcam (lien actif sur le menu de droite) pointe en direction du sud-ouest sur le village depuis la façade de l’agence (vous la voyez bien sur la photo de notre profil en haut à droite). L’image du matin y est magnifique car le soleil éclaire depuis l’est, bien sûr, donc depuis l’arrière.

L’après-midi par contre, le soleil tape en plein sur la maison et nous éblouit. Du coup, la qualité de l’image en pâtit. Souvent, on croit alors que le temps est gris tant il est clair, lorsque le soleil se couche. Ne vous y fiez pas, surtout!

La nuit, c'est l'horizon réduit à son strict minimum. Une station essence, une croix haute comme les cieux qui surgit du néant. Tout un univers onirique...

Pour la petite histoire, cette croix, comme toutes celles qui ont eu dominé ou dominent encore notre village, cette croix visse. La qualité de la photo webcam ne vous permet pas de l'observer, mais soit rotation de la terre, soit cycles lunaires, soit tout simplement le coeur du bois qui travaille encore, ou ces raisons combinées font que nos croix se tordent toutes - et dans le même sens évidemment - à travers les temps, comme une supplication.

Tout au long de l’année, l’image de notre webcam se rafraîchit en moyenne toutes les 4 minutes. Si d'aventure cette image ne devait pas être si récente, postez-nous un commentaire pour nous prévenir! Nous sommes pour notre part toujours fort curieux de voir quel temps il fait à Yekaterimbourg ou à Tombouctou. Alors, nous pouvons fort bien imaginer que vous ayez envie de nous faire un petit coucou de temps en temps? Et ça nous fait tant plaisir... :-)

lundi 9 octobre 2006

Neige et géraniums ;-)

Et voici avec quel paysage et quel soleil nous nous sommes levés ce weekend. Un peu voilé le matin, le temps a en définitive été absolument magnifique et agréablement tempéré!

Observez les géraniums sur le balcon dans le coin en bas à droite. Le village, célèbre pour ses fleurs, en est toujours autant parsemé. Plus pour longtemps, d'accord, mais c'est assez particulier cette période qui rapproche été par ses fleurs et sa verdure et hiver par le roussi saupoudré de nos cimes. Enfin, je laisse cette image à votre appréciation.

vendredi 6 octobre 2006

Neiges d'octobre

Cette image provient de la webcam de Zinal, une station voisine de notre village. Comme elle est chaque fois assez spectaculaire, surtout hier avec de gros rouleaux de nuages sur les cimes, je me risque à vous la glisser. Pourtant, cela fait des jours que je me retiens de cela de peur d'usurper leur propriété intellectuelle ou ...

Enfin, je prends le risque pour vous montrer ce qui se présente à nos yeux sur les alpages ces jours-ci.

jeudi 5 octobre 2006

Petit monde social

Bien avant de revenir ici à Grimentz, le village de mon enfance, je suis passée par l'université de Bâle au nord de la Suisse pour y étudier une branche spécifique au milieu germanophone, qui s'appelle Volkskunde. Cette branche s'apparente à une approche ethnologique de la sociologie française. Mes racines dans un pays aussi authentique que le Valais, d'autant plus que j'ai grandi dans un fond de vallée latérale - rappelons-le, le Valais se trouve au beau milieu des Alpes - m'y ont sans conteste poussée.

Si intéressantes que ces études le furent, j'ai fini par bifurquer dans le domaine touristique pour me retrouver dans mon village près de 20 ans après l'avoir quitté. Mais j'apprécie tout particulièrement le caractère du milieu et des gens, notre identité spécifique. On dit des gens de ma vallée que nous avons la tête dure, qu'il suffit de nous nous visser dans la terre à notre mort tant nous sommes tordus et je vous en passe et des meilleures. Comme partout, nous avons effectivement des spécimens un peu... bruts pour caractériser notre identité spécifique, mais ils ne sont pas majorité. Bon, quand je parle de majorité, il faut tout de même avouer que nous sommes peu. Notre vallée, le Val d'Anniviers regroupe pour l'heure 6 communes pour moins de 2500 habitants. Bien moins, je crois. Peut-être même que nous sommes plutôt proches des 2000.

Bref. Ce que j'apprécie dans un si petit milieu correspond exactement à ce que je fuyais absoluement lorsque je vivais à Bâle: la proximité vs. l'anonymat. Aujourd'hui, quelques pas pour rallier la poste à environ 150 mètre de distance et j'ai déjà salué avec chaleur plusieurs personnes et engagé une ou deux discussions. Lorsqu'il s'agit de faire le tour du supermarché ou de rejoindre une table ou la sortie au restaurant d'altitude, simplement de traverser le village, il me faut prévoir un temps supplémentaire pour échanger avec autochtones-parents (on est tous cousins, par ici:-) ou amis en visite connus. Alors, quand il s'agit de retourner au bureau dans un temps honorable, c'est souvent mission impossible pour la mauvaise conscience qui me taraude. Mais ça fait souvent rigoler les gens qui m'accompagnent car, souvent, il s'agit de personnes extérieures à ce genre de milieu qui ne connaissent pas ce genre de fonctionnement. Quelque part, c'est rassurant une si grande famille. En tout cas, ça touche profondément la corde sociale qui est en moi, malgré une timidité qui m'empêche d'entrer en contact avec la même simplicité avec tout le monde ici.

Des photos par temps superbe

Dans le cadre de mon activité au sein de l'agence, je m'occupe de passer en revue les logements dont nous avons la gérance pour les photographier. Ces photos nous servent ensuite à alimenter notre site internet qui devient à travers les années une référence visuelle essentielle pour nos locataires. Du coup, je profite de chaque instant de beau temps (partant du fait que le climat valaisan nous illumine de son soleil bien plus que partout ailleurs, j'ai suffisamment d'occasion...) pour m'échapper en matinée, moment de la journée durant lequel le soleil offre une luminosité magnifique, et mitrailler les intérieurs comme les extérieurs.

Nous sommes maintenant en période automnale. La nature change peu à peu de couleurs, mais les fleurs sont encore de tous les balcons et les arbres très touffus. Le froid (2°C ce matin vers 07h00) rend l'atmosphère d'une rare netteté. De plus, nous ne souffrons ici d'aucun problème d'ozone ou de couche atmosphérique quelle qu'elle soit, puisque nous sommes bien au-dessus. Un jour comme aujourd'hui est donc fabuleux pour se dégourdir les pattes et les déclencheurs. C'est donc ce que j'ai fait. Puis-je vous donner une petite envie d'escapade en vous soumettant une jolie vue?

Mais voilà. Il a ensuite fallu retourner au bureau et trier la masse de photos que j'ai prises quelques instants plus tôt. Les stocker puis, un jour de mauvais temps improbable durant ces prochains mois, les traiter pour vous les mettre à disposition sur notre site officiel www.i-g.ch. Rien que pour ce travail, il faudra compter............ ouf, non... je ne préfère pas y penser!

mardi 3 octobre 2006

Des vacances Ă  la montagne?

Fr.: De l'air pur, vous disiez? Et si demain la neige nous tombait sur la tĂŞte?

De.: Frische Luft, meinen Sie? Wie wäre es wenn uns morgen Schnee auf dem Kopf fällt?

En.: Pure air? How would it be, if snow falls down on our heads tomorrow morning?

Add to Technorati Favorites blogCloud