L'immoblog ou les vacances Ă  la montagne

Immobilia-Grimentz

mercredi 31 janvier 2007

Vieux vĂŞtements et bonnes odeurs

Aujourd'hui midi, dans l'attente d'un petit veau à naître, j'ai revêtu de vieux vêtements pour aller guigner du côté de l'étable (que ne ferait-on pas pour ses lecteurs adorés!). Cheveux dûment ficelés en croyant qu'ils réchapperaient ainsi à l'odeur et que je ne perdrais ainsi pas de temps à les relaver demain matin (un leurre!), je suis arrivée dans un endroit paisible de bêtes mâchonnantes qui m'observaient du coin d'un oeil placide. Nul être humain pour m'accueillir. Personne pour me parler de cette nouvelle naissance, voir même à l'affût d'une venue imminente.

Un tantinet désappointée, j'ai alors cherché un peu et voici en photo les amours sur lesquels je suis tombée. Il se trouve bien sûr que ce ne sont pas des bêtes "fraîches du jour", mais cela m'a permis de me familiariser avec le milieu. Trooooppp chououuououou... diront sans aucun doute certaines d'entre vous!

Après avoir fait un direct sur le balcon en arrivant à la maison pour me déshabiller, mon sourire était narquois à la vue des petits mocassins noirs en position de départ (un pas élancé) au beau milieu de la salle de bain. A eux seuls, ils symbolisaient la précipitation, mais surtout 2 réalités totalement distinctes et qui se confrontaient tout à coup dans mon monde, ma réalité économique et professionnelle de tous les jours avec foulards et petites chaussures et une réalité traditionnelle et paysanne que côtoient nombre de mes co-villageois. Et cette vie-là, jusqu'à présent, a toujours plutôt fait partie des loisirs d'une personne comme moi... ou comme vous.

Bref. Le petit veau, renseignements pris, n'est pas encore arrivé. Ce qui me laisse une chance de vous faire peut-être partager des instants inoubliables. Suite au prochain épisode?

Pardonnez sinon mon manque de loquacité ces derniers jours. Je suis entrain de nous concocter un nouveau blog tout joli à l'adresse http://blog.i-g.ch et l'expérience me prend du temps car je suis très exigeante. Je vous en fais donc part, mais sous le sceau du secret car je compte pour le moment encore tester bien des fonctions et mettre en place différentes idées avant de le lancer offi-ciel-ement. Je me bornerai donc à répercuter mes écrits sur ce nouveau blog en attendant de me lancer sans filet. Si vous avez des remarques à formuler à l'avenir (laissez-moi un peu de temps pour le moment!), n'hésitez pas...

Bien Ă  vous,

jeudi 25 janvier 2007

Evénements de la semaine

Chute drastique des températures. -12 au compteur ce matin, enfin un temps normal, on s'en réjouirait presque... Que dis-je??? Mais, ON S'EN RéJOUIT!!!

Etonnamment, le temps s'est enfin couvert, mardi en 2ème partie de journée. Des flocons sont tombés. Pas plus d'une vingtaine de centimètres, nous en avons reçu quasi autant que sur La Côte entre Lausanne et Genève, là où on n'en a pas foncièrement besoin, mais bon.

Les événements de ces derniers jours sont marqués par la précipitation dans le traitemet des dossiers. Vente, gestion des objets avec propriétaires ou fournisseurs, visite de nos locataires, etc. car les patrons, absents, c'est tout de même 2 forces de travail qui font défaut.

Mais la semaine est marquée, à mon grand regret, par les accidents. Une épaule en écharpe pour une charmante dame âgée et un pépin cardio-vasculaire pour le mari d'une autre de nos propriétaires. Chacun d'eux doit donc réorienter sa perspective. Comment va rentrer notre petite dame si elle ne peut conduire sa voiture jusqu'en Hollande? Sans parler de faire ses bagages ou nettoyer son chalet? Et comment s'en tirera le mari de cette autre dame âgée alors qu'il se trouve encore aux urgences du CHUV, à Lausanne? Cette petite dame belge ne savait même pas que la Suisse avait passé au régime des sociétés privées pour les renseignements téléphoniques, ces derniers temps. Je vous épargne donc les difficultés de ces gens, de toute personne hors de son territoire familier.

La vie dans une agence d'accueil est plus qu'une existence professionnelle car on ne peut s'empêcher d'espérer avec nos... clients... dans ces moments-là. Vous noterez le temps d'hésitation à "clients" car les événements font qu'on s'attache vite à certaines personnes plus qu'à d'autres.

J'espère pouvoir vous informer de manière positive sur la suite des événements si cela se présente. Bonne soirée à vous, Lecteur fidèle.

dimanche 21 janvier 2007

Les vacanciers, le retour?

Cette photo est très drôle et assez insolite.

Si j'en juge par nos statistiques, je peux vous faire le topo suivant pour l'occupation actuelle de nos logements et celle des semaines Ă  venir.

Tout d'abord, nous avons vu arriver hier une première fournée de vacanciers. Ceux qui ont le privilège de profiter d'une période creuse, mais qui meublent tout de même passablement le village si on s'en réfère aux 2 semaines écoulées. Nous avons cette semaine un taux d'occupation de plus de 40%.

Puis, février. Cette année, Pâques n'étant qu'à la mi-avril, nous avons la chance d'avoir quelques répartitions cantonales scolaires. Le gros boum n'en sera que plus long. Nous assurons d'ores et déjà une semaine complète (full booked, donc) pour LA semaine de carnaval et la suivante, soit du 17 février au 3 mars. Le 3 février déjà, nous franchissons allègrement les 60% de taux d'occupation. Ce taux grimpera en flèche puis se maintiendra plus que haut la main jusqu'à la fin mars.

Peut-être aurons-nous à ce moment une petite semaine pour respirer avant d'attaquer les dernières de Pâques? Nous verrons.

samedi 20 janvier 2007

Commentaire sur "Tout" ce que peut nous offrir le ciel...

Greg Ă  dit...

non c'est jugé insuffisant ;) heureusement que l'hiver s'est enfin décidé à s'installer dans nos contrées!!!! dès demain (mardi) on oublie la déprime et vive le retour des flocons.

Vivement vendredi pour remonter à Grimentz héhé

1/22/2007 06:54:00 PM

"Tout" ce que peut nous offrir le ciel...

Chers amis,

J'aimerais pouvoir vous dire que les conditions sont bonnes, mais j'en doute. Il a plu jusqu'à la Tsarva. A défaut, je vous offre ce superbe ciel. Cela vous suffira-t-il pour aujourd'hui???








vendredi 19 janvier 2007

Les canons se font entendre

Chers amis,

Il pleut des trombes depuis hier, dans notre fond de vallée, et il a plu toute la nuit sur les toits. De quoi dormir comme un loir. Et pourtant le bruit des canons se fait entendre depuis les pistes. Nous ne savons que vous dire quant à la quantité de neige éventuelle tombée là-haut. Nous aurons certainement l'occasion de vous renseigner plus tard dans l'après-midi.

Toute bonne journée à chacun de vous. Amicalement,

jeudi 18 janvier 2007

Le Boconett - tradition garantie 100% unique et authentique de Grimentz

Le Boconett est une tradition séculaire de Grimentz. Une recherche dans Google ne vous mènerait pas loin sur le sujet.

Cette tradition se déroule tous les 17 janvier de l'an, le jour de la St-Antoine. Tous les 17 janvier car les 3 soeurs l'avaient demandé. Pourquoi le jour de la St-Antoine, je laisse ce point à votre appréciation :-)

Les 3 soeurs? Les 3 soeurs vivaient au mayen lorsque la peste s'est déclarée, il y a fort longtemps de cela. Une petite masure avec écurie à l'étage inférieur, juste en-dessous de la cuisine.

Lorsque la dame noire eu fini de faucher, restait nos 3 jeunes soeurs, cloîtrées dans leur mayen. Ces dernières avaient, pour survivre, dû puiser dans leurs réserves car l'hiver est rude dans les montagnes, y compris dans l'écurie. Mais elles n'avaient pas touché au bouc. Du coup, on s'accorde aujourd'hui à dire que l'odeur du bouc fut plus forte que la peste et que ceci leur sauva la vie.

L'histoire raconte ensuite que 3 jeunes hommes de Vissoie les découvrirent un beau jour de printemps et nouèrent contact avec elles, les aidèrent à retrouver une situation un peu meilleure car leur précarité était devenue terrible pour ces 6 menus bras. Ce que l'histoire poursuit volontiers, c'est la suite de la relation des ces 6 jeunes personnes.

Et Ă  l'automne, on les maria. (Cessez de pleurer, voyons!)

En remerciement à Dieu, les 3 rescapées firent la promesse de distribuer à perpétuité pain et fromage de l'alpage aux enfants de moins de sept ans le 17 janvier.

Comme vous pouvez le constater sur la photo, cette tradition suscite un intérêt certain puisqu'une équipe de télévision attendait les petits enfants de pied ferme. Je faisais ainsi pâle figure avec mon petit appareil-photos... Une série de traditions suisses seront donc à découvrir sous forme de petits reportages d'une dizaine de minutes à la fin de l'année sur la TSR. A vos agendas.

mercredi 17 janvier 2007

C'est le moment ou jamais!

Je confirme les dires de mon précédent post, l'illustration ci-contre serait presque là pour le prouver, les cimes sont blanches et les conditions sont excellentes malgré les apparences. Dommage, bien sûr que si peu de monde ne puisse en profiter.

Hier était mon jour de congé. Les samedi sont évidemment sacrifiés pour la bonne cause durant les "bonnes" saisons. Pourtant, un jour en milieu de semaine a ses avantages. A commencer par la foule des grands jours à laquelle on échappe si simplement.

Du coup, faire le tour des troquets pour rencontrer les villageois passe pour une activité fort agréable. Prendre le temps de communiquer, boire un (des) verre(s) dans un environnement calme et détendu, presque intime. D'emblée et de manière systématique, mon étonnement n'en fut qu'à demi grand, les conversations tournaient toutes autour du faible taux d'occupation de la station. Et je me gardais bien de lancer le sujet, foi de ouèbmastère. Chaque gérant y allait de son hypothèse sur les causes et sa médecine pour y remédier. Parfois, l'oubli des temps passés ou la fatalité étaient miséricordieusement invoqués.

En y réflechissant bien et étant donné notre positionnement marketing familial et authentique, il est difficile d'apporter une solution percutante et immédiate à la situation météorologique qui nous fait face. Enfin... qui fait surtout face aux autres, parce que notre problème n'est pas le manque d'enneigement (hier, si je ne l'ai pas encore mentionné, pas un caillou, des boulevards trop bien damés et inutile de faire attention à ses voisins de descente de piste, un sentiment irréel de tant de liberté et d'insouciance au sein même des zones balisées), mais plutôt le manque d'information pour n'importe qui, même au village, qui ne peut se douter des bonnes conditions sans l'avoir vérifié par soi-même. Car, il est vrai, cela paraît fort insensé...

Pourquoi l'être humain s'acharne-t-il à griller ses énergies dans le négatif au lieu de louer les bienfaits de notre monde? Si les conditions avaient été normales, la presse aurait dû se rabattre d'autres faits divers malheureux pour en faire ses choux gras et remplir ses colonnes, non?

Cette situation ubuesque me laisse pantoise. A l'heure des communications, nous sommes confrontés à un problème tout bête, notre incapacité à faire entendre la réalité des faits, à moins de pouvoir y mettre le paquet. Ce n'est pourtant pas les moyens techniques qui manquent à qui souhaite approfondir la question, surtout par le biais d'internet.

M'enfin. On tourne autour du pot depuis quelques jours. Conclusion: si vous avez la possibilité de vous échapper de votre train-train et que vous aimez les sports de montagne, c'est le moment ou jamais!

dimanche 14 janvier 2007

Commentaire sur Nous ne connaissons pas la crise!

Sibylle a dit:

C'est gentil de penser à nous... Et oui, on regrette amèrement ...contraint et forcé! Mais on ne va pas tarder à se rattraper! A bientôt

Nous ne connaissons pas la crise!

Il m'est d'avis que ce message ne va pas nous occasionner que des amis, aujourd'hui.

En skiant, j'ai eu une pensée bien appuyée et avalé une piste pour les absents. Grand Nic, cloué au lit par la grippe, Sybille retournée dans sa Belgique natale qui comptait les jours jusqu'à son prochain retour en février lorsqu'elle est venue nous dire au revoir l'autre jour et tous les étudiants qui commencent (enfin) à stresser pour leurs examens de fin de session. Et se privent par conséquent du meilleur! J'espère que Greg a pu en profiter, au moins... Mais nous avons d’ici une pensée toute particulière pour tous ceux qui ne savent pas ce qui les auraient attendus sur les hauteurs, ceux qui ont peut-être manqué de courage ou de persuasion et n’ont pas escaladé les flancs de notre vallée à la recherche d’or blanc ou jaune (auxquels on peut éventuellement rajouter le blanc tout court ou le rouge car c’est de l’or aussi pour les amateurs, hihi).

Ecoutez les médias, lisez la presse, prenez le pouls de la météo si vous le souhaitez, mais PRENEZ LE CONTRE-PIED DE LA LETTRE! Le soleil est parfait, réchauffe juste comme il faut, la neige délicieusement crissante sous la latte. Un peu dure par endroit, surtout en fin de journée, mais avec la fine couche sablonneuse qui caractériserait plutôt un temps de mars. Un vrai bonheur.

Et justement, c'est pour ces conditions "marsiennes" que Grimentz est singulièrement apprécié comme domaine skiable...

Hormis cet Ă©lĂ©ment spĂ©cifique Ă  notre configuration gĂ©ographique, il faut vraiment soulever que le Val d'Anniviers ne souffre pas de la crise. Qui a dit que nous Ă©tions le parent pauvre de la neige? Et Ă  la radio, en plus ! On croit rĂŞver. Et qu'on le fasse savoir si je vous mens Ă  l'instant !

Que ceux qui n'étaient pas sur les pistes ce weekend le regrettent amèrement: c'était superbe!

PS. Je n’illustre pas ce post, l’image vous achèverait.

vendredi 12 janvier 2007

Belle neige et temps superbe pour ce weekend!

Chers amis,

Sachez que malgré les annonces catastrophiques de médias, l'état des pistes de ski est bon, très bon, à notre altitude! Moniteurs de ski, collaborateurs et même clients nous le confirment avec ravissement.

De plus, le ciel est entrain de cracher son dernier souffle avant le retour du soleil pour demain et dimanche.

QUI HĂ©SITE ENCORE Ă  MONTER???

jeudi 11 janvier 2007

L'arnaque

L'article du Nouvelliste de hier détaille un fait divers qui ne nous fait, en tant que professionnels, qu'à demi sourire. Mais qui justifier le bien fondé de notre profession.

Un couple d'italiens se fait arnaquer. Le chalet loué n'existe même pas. Et comme nous sommes à Verbier, les montants versés si naïvement sont élevés.

Sur internet ou non, il est toujours dur de croire qu'on puisse se faire avoir pareillement. Truquer n'est pas bien difficile, soit. Mais il existe, comme l'indique l'article aussi, bien des moyens de vérification. Se fier aux gens sur la base d'une copie de carte d'identité. Pourquoi pas? Je n'y ai personnellement jamais pensé!

Avoir pignon sur rue est certainement la plus grande garantie. Des locaux soignés, des enseignes solides, un personnel pérenne. Même sur site (web), j'en suis certaine, il est possible de faire le tri. A commencer par une adresse propre à l'entreprise et sa raison sociale qui indique, non seulement les services ou produits commercialisés et tous les moyens techniques qui accompagnent tout commerce digne de ce nom, mais peut-être aussi la philosophie/histoire et la situation/les contacts. Et si vous louez depuis un site spécialisé, préférez les professionnels reconnus et non les petites annonces si vous émettez des doutes quelconques.

Ce type de fait divers soulève une réflexion qui taraude mon esprit depuis quelques temps. En effet, notre bureau accueille régulièrement des personnes de nationalité étrangère qui débarquent pour la première fois chez nous dans le but d'acheter un logement, de réaliser un rêve. C'est pas rien, on est d'accord? Notre implantation physique à Grimentz doit évidemment sceller le processus de mise en confiance qui se noue sur le net, puis par contacts téléphoniques ou e-mail. Mais la discussion qui s'engage alors doit être franche et sans détour. Promettre la lune et rendre les parties malheureuses pour cause de vente abusive... très peu pour nous.

Pour la location, c'est idem. D'autant plus difficile car quantitativement plus importante. Malgré tout, il n'est pas facile d'éviter les mauvais choix et nous avons parfois des cas malheureux de clients insatisfaits. Pour nous, la meilleure manière de renseigner le client au mieux pour l'aider à faire son choix est internet. Encore et toujours. Mais c'est efficace car la plupart des gens sont connectés et la visualisation de l'objet est primordiale. A condition de ne pas tromper le client par des clichés sous ou sur évalués (facile de retoucher une image). Bref. Vous n'imaginez pas le nombre d'heures passées à arpenter village et logements pour prendre tant de photos, les basculer et les organiser sur le net et recommencer avec de nouveaux systèmes pour atteindre d'autres sommets en vous concoctant, même, des visites virtuelles! Un exemple de visite virtuelle? Allez dans notre rubrique Vente et visionner l'un ou l'autre objet en sélectionnant l'onglet Visite virtuelle. Ou mieux et plus marrant: visitez le village de Grimentz comme si vous y étiez en plein été (nous sommes en janvier) sous Images puis Visites virtuelles.

Bref, tout ça pour dire qu'on a toujours le moyen, en tant que consommateur, de tout vérifier si on est un tantinet prudent. Mais aussi qu'on a tous les moyens, en tant qu'entrepreneur, à disposition pour assurer et rassurer.

Voilà, l'encart pub est maintenant clos :-) Si vous nous surprenez à trahir notre philosophie, n'hésitez pas à nous le faire savoir!

mardi 9 janvier 2007

Commentaire du 09/01/2007

Greg a dit:

Bah fallait bien que je mette le mote webaster Ă  la sauce de par chez moi ;) pour le job disons que je vais me laisser du temps mais bon trouver qqch par lĂ  haut c'est chaud... je ferai le pointĂ  la fin de la saison de ski

A la revoyure!!!!

1/10/2007 08:15:00 AM

09/01/2007

J'ai bien rigolé en lisant le nouveau commentaire de Greg. 2 questions sont donc à résoudre: l'âge de la ouèbemastère et si on peut lui (à Greg donc) trouver une place de travail sur Grimentz. La première pourrait relever d'un concours avec apéroblog Ă  la clĂ© si elle était seulement digne d'intérêt. Quant à la deuxième, ABE...!

lundi 8 janvier 2007

Commentaire sur Merci, Greg, pour ton super commentaire!

Greg a dit:

Je pense que oui on a dû se croiser chez Florioz à l 'occaz car j'y débarque souvent vers les 16h avec un pote et on est souvent les derniers à partir ou presque aux alentours de 19h30. Faut dire que ce magnifique chalet et tellement convivial, son patron tellement sympa et pas oublier les serveuses (Hein Clémence lol)

pour ce qui est de ton blog c'est franchement bien, ça change des blogs à 2 balles avec des fonds d'écran de ... censuré c'est bien rédigé bref t'es sur la bonne-voie!!!!

Alors pour ce qui est de passer dire bonjour au bureau ben durant mes 2 sem. de vacs en février je ferai un saut (suis malheureusemetn pas là pour celle du carnaval... j'aurai pu faire la noce avec toute une équipe de Grim)

Voilà voilo ah oui last question quel est l'âge de la ouèbemaster ;))) A la revoyure... et franchement je quitterai bien mon bureau à Genf pour bosser là haut... si y'a des jobs dans l'administratif et ou ce qu'il touche au bureau je serai preneur (musique d'avenir) Tschüss

Merci Greg pour ton commentaire!

Bonjour Greg,

Mille mercis pour ton commentaire dans le post précédent sur l'état des pistes de ce weekend, ça m'a fait super plaisir! Et aussi plaisir que tu aimes venir ici et que tu en profites bien.

Ce message me permet de rappeler ou faire connaître les ambitions de ce blog, soit:

- faire connaître ma région, ses coutumes, ses gens, etc.
- développer son actualité et la commenter, qu'il s'agisse de politique ou de manifestations villageoises, dans la mesure de nos moyens
- illustrer tout ce qui est possible par des photos ou des visites virtuelles, surtout les manifestations ou les beaux paysages (si quelqu'un en a, je suis preneuse pour nos lecteurs)
- commenter la météo pour le weekend à venir car, sur place, elle diffère un tantinet de ce qui s'annonce dans les médias (à Grimentz, que du soleil!), la météo du Valais central étant un microclimat qu'apparemment seuls les indigènes sont en mesure d'interpréter...
- donner un petit feed back comme je l'ai fait tout à l'heure du weekend écoulé
- parler du nombre de touristes qui investissent ou non les lieux les samedis car nous sommes aux premières loges, puisque nous les accueillons, pour vous en parler

etc.

S'il manque des points intéressants à traiter que vous souhaiteriez lire sur ce blog à propos de Grimentz ou de ce qui s'y passe, vos remarques et commentaires sont tous les bienvenus!! J'ai plein d'idées pour continuer, mais si les vôtres sont meilleures, pourquoi s'en priver?

Quant à toi, Greg, c'est sûr qu'on a dû s'asseoir une fois ou l'autre à peu de distance au Florioz (sourire). Comme je ne te connais pas, je te suggère de passer quand tu veux me faire un coucou au bureau, ça me ferait plaisir de faire ta connaissance. D'ici là, regarde si tu te repères sur la terrasse de la photo ci-dessus, elle date d'il y a quelques jours.

NB. Notre agence est aussi connue pour ses Ricola, au guichet. Certains ne viennent nous dire bonjour, nous en sommes quasi sûrs, que pour s'en délecter. Avis aux amateurs!

Commentaire sur Etat des lieux sur les pistes ce weekend

Greg a dit:

rhaaa pas sympa de nous donner envie moi je redescends de ce petit coins de paradis ou les gens sont si sympa... la 1ere semaine avant noel n'était pas tété question neige mais la 2eme pas mal du tout. et quel bonheur de se retrouver chez Florioz autour d'un vin chaud...fort heureusement je pourrai y monter tout les weekends chez des amis. Longue vie à ce petit coin de terre qui a su gardé son charme. Bien à vous tou s anniviardes et anniviards de la part d'un jeune Yverdonnois ;)

Etat des lieux sur les pistes ce weekend

La matinée de hier fut maussade. Il semblerait qu'il pleuvait un peu. Mais c'était avant mon réveil. Puis le temps s'est magnifiquement dégagé et les pistes étaient tout simplement superbes. Une qualité de neige un peu humide, mais qui crochait d'une fort agréable manière. De plus, la station s'est désemplie. Il y avait donc peu besoin de faire attention à sa trajectoire. Un vrai bonheur. Le restaurant d'altitude était pourtant plein et l'ambiance chaleureuse car de nombreux indigènes y avaient repris le chemin, souvent en famille pour des repas fort animés et joyeux.

Bref, c'est le moment de monter si vous pouvez ;-)

Moratoire vente aux étrangers - réaction du journaliste de l'Hebdo

Chère madame,

Je comprends qu'on ne peut pas comparer la situation de Grimentz à celle de Verbier, que chaque objet immobilier est négocié à des prix différents et que 20 000 francs le m2 habitable est parmi les prix les plus hauts. Mais le fait est que la situation est grave, notamment comme vous le dites pour les gens du lieu, les "indigènes" qui doivent partir pour céder la place à des lits froids vendus à prix d'or à des étrangers ou des Suisses fortunés. Les prix subissent une forte hausse depuis deux ou trois ans et je dois constater que dans les communes non touchées par le décret du Conseil d'Etat, on se frotte déjà les mains de pouvoir vendre des grands ou des petits objets avec une plus-value. Le malheur des uns semble faire le bonheur des autres.

Ce qu'on peut reprocher au Conseil d'Etat, c'est de n'être pas intervenu plus tôt, et, c'est un comble pour l'exécutif cantonal, de ne pas avoir une politique cantonale, mais de sanctionner le dynamisme de quelques communes. Cela dit les offres de la presse spécialisée cité dans mon article traduise assez bien la "folie" des prix et la possibilité de vendre à des Anglais des petits chalets à plus d'un million séduit beaucoup de Valaisans qui se disent qu'ils ne faut pas manquer l'occasion, l'avenir étant par nature incertain….

Meilleures salutations.

Et si je passe par chez vous (j'habite Martigny) je ne manquerai pas de vous faire signe. J'ai fait la route jusqu'à vous plusieurs fois. Joli village Grimentz. Espérons qu'il le reste.

samedi 6 janvier 2007

Moratoire vente aux étrangers - réaction à un article de l'Hebdo

Dans sa publication du 28 décembre dernier, l'excellent journaliste Eric Felley et son collègue Titus Plattner rédigent un article sur le moratoire qui nous occupe et que j'ai déjà commenté dans un post précédent. Mes tripes n'ont pu s'empêcher de réagir, cette fois-ci. De manière générale, j'admire leur travail et j'aime lire leurs critiques censées. Voici donc ce que je me suis permis de leur faire parvenir (nb. article complet en ma possession, je ne le publie pas ici). Vous n'êtes peut-être pas d'accord avec mes dires. N'hésitez dans ce cas pas à me faire parvenir vos remarques!

Cher Eric Felley,



Voici une réflexion qui n'engage que moi.



L'article en soi "Immobilier - Le Valais retrouve ses maquereaux des cimes" résume bien la situation politique et les 7 communes touchées par le moratoire instauré par Jean-Michel Cina à la veille des fêtes. Dans le fond, nous sommes d'accord sur bien des points, malgré une décision à l'emporte-pièce somme toute malheureuse. Mais ces 7 communes ont-elles toutes des terrains à 20'000.- /m2 - construits ou non, des chalets à plus du Fr. 1'500'000.- pour un 5 pièces et dont les prix ont doublé en une année? Votre vision superficielle et réductrice de la situation nuit, j'en suis certaine, à celle qui prévaut dans le réalité dans ma commune de Grimentz. Et probablement dans d'autres.



Passez à notre agence (de vente, de gérance et de location) immobilière. Passez également voir nos confrères, puis jugez du coût "prohibitif" de nos terrains à Fr. 20'000.- /m2. Nous serions également très heureux de vous montrer à quel point notre village a été détruit par les investisseurs et autres promoteurs, heureux de vous exposer à quel point la vie est aisée dans le Val d'Anniviers et l'exode rural qu'implique ce "boom immobilier". Tout n'est pas rose bien sûr, mais la mise en balance de la situation présente et de ce qu'elle implique pour notre futur n'est pas inconsidérée.



Je ne suis pas un puits de science sur la question, les autorités communales ou des personnes économiquement actives depuis des dizaines d'années vous répondraient plus savamment, mais le manque de mesure et de recherche, la globalisation de la situation de chacune des communes me surprend énormément pour un journaliste de votre qualité. Surtout pour un journaliste de votre qualité! Vous projetez chacune d'elles dans les exemples les plus extrêmes que vous dénichez dans la "presse spécialisée": ceux mentionnés de Verbier ou de Nendaz (p. 112, paragraphe Trahison) pour rajouter un insidieux "Et ainsi de suite...". Si vous pouvez justifier cet "ainsi de suite", n'hésitez pas, mais allez jusqu'au bout de votre réflexion et définissez aussi les normes! Oubliez la presse spécialisée qui n'est souvent que parcellaire et venez sur le terrain, dans la réalité même. Vous n'avez en fait même pas besoin de venir sur le terrain pour renouer avec la réalité. Nous avons tous des sites internet clairs et transparents. Du moins pour ce qui touche aux prix du terrain, par exemple. En aparté, vous trouverez notre accès pour votre information.



A Grimentz, nous avons aussi nos projets, nous avons aussi nos investisseurs, mais la situation de notre commune diffère beaucoup de celle de Verbier, comme les autres d'ailleurs, et même Daniel Guinnard dans un article du Nouvelliste à l'époque de Noël reconnait que la nouvelle donne peut avoir des conséquences autrement "catastrophiques" (cité de tête en espérant que mon souvenir soit bien exact) que dans son fief. Alors, si vous débutez une analyse, poursuivez-la jusqu'au bout ou tempérez vos ardeurs.



Ou prouvez que j'ai tort pour dénoncer ces lignes si tel est le cas.



Une fois encore, j'ai l'impression, en tant que Valaisanne, de passer pour l'horrible Ă©pouvantail inculte et cupide sous la plume d'un "bureaucrate" genevois qui n'a peut-ĂŞtre, bien que Valaisan d'origine je crois, jamais fait la route jusqu'Ă  nous. Quant Ă  y vivre, vous ne savez Ă©videmment pas ce que c'est.



Monsieur Felley, je lirai toujours vos articles avec grand intérêt et beaucoup de respect, soyez-en assuré. J'aurais aussi grand plaisir à vous accueillir chez nous si l'occasion se présente.



Salutations ensoleillées du Valais.



Nicole Salamin, Grimentz

vendredi 5 janvier 2007

Moratoire sur la vente de logements aux étrangers – information à nos amis étrangers

Le moratoire auquel nous devons ensemble faire face cette année s’appuie sur la fameuse Lex Koller qui pose des restrictions importantes sur l’acquisition d’un logement de vacances par des personnes non résidentes Suisses.

Cette année, nous ne pouvons vous promettre l’achat d’un logement car nous ne sommes pas autorisés à signer d’acte avec vous pour les raisons mentionnées dans mon précédent post. L’achat d’un terrain était de toute manière déjà exclue, mais la possibilité de construire pour vous n’en demeurait pas moins. S’ensuivait ensuite 5 ans de jouissance obligatoire pour le nouveau propriétaire avant de pouvoir, éventuellement, revendre son bien. Le but avoué en est clair et tout à fait honorable en un sens.

Aujourd’hui, pas de promesse de vente du tout sur les communes de Bagnes, Grimentz, Hérémence, Nendaz, Riddes, Val d’Illiez et Veysonnaz. De plus, le délai de possession - ou de jouissance du bien pour vous - requis s’élève désormais à 10 ans pour tout le canton.

MAIS, BONNE NOUVELLE! Nous sommes en mesure de vous proposer les appartements dans les résidences Hameau du Torrent et Châteaupré car les demandes d’autorisation avaient déjà été déposées et le Chalet Vidoc car il appartient à une famille de nationalité étrangère et peut donc s’acquérir en dépit du moratoire.

2007 va ainsi s’écouler avec cette épée de Damoclès sur nos têtes. Nous n'avons pas encore perdu espoir de sauver le projet de Bains (précédent post). 2008 ? Nous n’en savons rien encore. Et en 2009, nous passons sous le régime de la grande commune d’Anniviers. Mais qu’est-ce qui nous attend encore d’ici là ? A suivre sur ce blog….

Moratoire sur la vente de logements aux étrangers – information aux amis de Grimentz

Le Conseil d’Etat valaisan, par l’intermédiaire de l’un de ses sbires - dont je tairais le nom pour éviter tout risque d’attentat car l’affaire fait grand bruit – a instauré un moratoire à 7 communes du canton pour lutter contre « un développement démesuré et une surchauffe du marché de la construction». Ces 7 communes n’ont bien sûr pas été tirées au sort. Chacune d’elle a un délai d’attente de plus de 3 ans dans leurs demandes d’autorisations pour l’inscription des nouveaux propriétaires au registre foncier.

Ces autorisations sont en effet accordées sur la base d’un contingent annuel alloué par la Confédération aux cantons. Le Valais bénéficie de 310 d’entre elles pour 2007 et 60 seront distribuées au district de Sierre.

EmpĂŞcher la surchauffe, Ă©viter les lits froids, on nous souffle tout.

Pour nous Grimentzards, la situation apparaît comme catastrophique. Pendant bien des années, le développement de notre village a plutôt stagné. Nous avons aussi assisté à des fermetures de commerces difficiles à vivre. Durant ce laps de temps, le gouvernement était-il présent pour nous soutenir sous une forme ou une autre ? A l’heure où les choses évoluent enfin, où des projets fédèrent l’enthousiasme des indigènes, où un nouveau commerce, même, se crée enfin, nous avons le sentiment d’être noyés. Pas de demi-mesure. On nous ferme le robinet d’un coup et sans discernement. Ce discernement pourrait être entendu par des mesures pragmatiques comme des quotas de logements gardés pour la population indigène, exemple venu du Haut-Valais, ou des Suisses, des exigences de mises en location de périodes minimales des logements vendus, etc.

En effet, la location d’objets vendus à des propriétaires helvétiques pose la question de manière concrète. Ces derniers louent peu leur logement acquis dans nos contrées car ils en profitent durant leurs week-ends. Les volets restent par conséquent « clos » durant la semaine, un manque à gagner important pour les services de la région. Cette situation entre en contradiction directe avec le vœu pieux de notre gouvernement et de nos instances touristiques de réduire la proportion de lits « froids », donc inoccupés.

Par ailleurs, Grimentz projette des constructions qui avoisinent les 1'000 lits, hôteliers (dits chauds) et parahôteliers (dits froids) ces prochaines années. Aminona a un projet à 5'000 lits en vue. Que sont-ce nos 1'000 lits en comparaison ? On pourrait en analyser les répercussions en termes de proportion, mais nous sommes toujours loin, très loin, du développement de certaines stations en matière de taille ou d’intrusion paysagère. De plus, intégrés dans des projets mixtes et à exploitation commerciale qui nous permettent de créer de nouvelles places de travail - de nouveaux métiers dans notre fond de vallée - ces projets ne sont pas inconsidérés et n’induisent aucune déperdition du patrimoine qui nous fait vivre aujourd’hui.

Vous l’aurez compris en lisant ces lignes, notre souci se reporte sur la construction des Bains pour l’essentiel. Bains thermaux et activités idoines, gestion hôtelière et résidentielle. Ce projet aurait l’avantage de diversifier nos activités touristiques et économiques. Il nous permettrait de mieux réguler les périodes d’occupation des vacanciers (le mois de novembre ne voit pas passer beaucoup de monde, par ici), les occuperait en cas de manque de neige à Noël ou les détendrait après leur journée de ski, etc. Pour l’activité économique, un exemple : une pharmacie, une toute petite pharmacie. Rien que cela nous permettrait de rajouter une étoile derrière l’appellation contrôlée « Grimentz, Anniviers ».

Bref, ces directives quelques jours avant la fin de l’année sont rudes. Si je les relis, je me prends à rêver car le canton se réserve l’attribution d’unités du contingent pour des « projets d’importance décisive pour le développement d’un lieu touristique ou d’une région » et « l’attribution d’unités du contingent est suspendue pour le lieu concerné jusqu’à ce que les justifications ou les renseignements utiles auront été apportés par l’autorité communale ou par les intéressés eux-mêmes. »

Nous attendons la suite des événements.

jeudi 4 janvier 2007

Journée-phare dans la montagne

La journée de hier fut sans contexte mémorable pour les vacanciers des fêtes de fin d'année. Après 2 grosses dépressions ces jours et de superbes chutes de neige, le temps s'est rapidement dégagé au matin. Le soleil était tout simplement é-tin-ce-lant. Du bureau, nous avons sursauté en voyant passer les bus de skieurs. Ils ressemblaient à ces images de véhicules publics pris d'assaut dans les pays asiatiques ou africains. Sauf qu'ici, on ne met personne sur le toit. Rare.

D'après nos renseignements, il est tombé environ 60 centimètres de neige sur les pistes. Des avalanches se sont écoulées de toute part de manière parfois impressionnante d'après certains habitués.

Hier fut aussi un gros jour pour les remontées mécaniques. Si on prend une moyenne d'un peu moins de 2'000 personnes par jour environ qui prennent d'assaut les téléskis, ils étaient hier plus de 3'000! Et pourtant, nous ne battons pas les records des journées de février... mais, nous en reparlerons.

Hier était aussi jour de pleine lune. Bendolla organise à chaque pleine lune, pour autant que cela soit météorologiquement possible bien sûr, une soirée fondue avec montée à l'Orzival à l'éclairage lunaire. Une soirée, rarement, très très rarement boycocottée, je vous assure! En fait, cette soirée remporte la plupart du temps un franc succès. Les touristes s'en donnent à coeur joie car il s'agit là d'un événement unique. Les indigènes, quant à eux, ne cessent de vouloir renouveler l'expérience. L'ambiance y est parfois torride et j'y ai personnellement vu et vécu des choses que je ne commenterai pas ici (enfin... ça dépend combien vous payez...:-). Bref. Comme d'habitude, pourrait-on dire, le restaurant a accueilli plus de 200 personnes pour l'occasion. Mais le temps s'est couvert et la descente au clair de lune n'a pas pu se faire. Prochaine date: vendredi 2 février. Avis aux amateurs, je suis partante!

Et voici pour le plaisir une vue depuis le télésiège de la Tsarva sur la buvette de l'Orzival. Pas reconnu? Cherchez l'erreur!
.........Meuh vooouuiiii, zallez trouver....

NB. En cliquant sur l'image-radar du blog précédant, je constate que nous allons à nouveau nous ramasser quelque chose sur la tête d'ici un moment. Je vérifie par la fenêtre... pas encore... ça vient.


mardi 2 janvier 2007

Encore!

Elle est enfin là et ça risque de durer encore bien des heures! Je vous passe les images féériques du village sous la neige et des gens qui le traversent tout joyeux, ce soir. Le rire n'était pas autant présent sur les pistes dans la journée car les conditions de neige et de brouillard ne sont pas évidentes pour tout le monde. Mais les restaurants d'altitude ont fait le plein et l'ambiance y était fort chaleureuse ;-)

C'est vrai, le paysage enneigé sous les flocons et les lumières de Noël dépasse certainement votre imagination, mais il en demeurera ainsi car elles sont plus belles là où elles sont (à part sur place, mais bon). C'est pourquoi je ne vous l'illustrerai pas. Pas maintenant, en tout cas. Peut-être demain. Il continue de neiger, de neiger, de neiger...

A propos webcam. Je vous en parlais hier. Renseignements pris, le vent n'était pas l'origine des secouées que j'apercevais sur mon écran. En l'écrivant, j'en doutais d'ailleurs car ce genre de condition météo est extrêmement rare, dans notre vallée. Non, l'image perturbée était due au télésiège lui-même. La webcam étant posée sur un pylône, chaque siège, sur son passage, la malaxait assidûment. D'ici à la fin de la semaine (ça dépend du temps), elle sera installée sur un mât spécifique et indépendant. Nous pourrons ensuite l'actionner vers l'une des six directions programmées. On se réjouit.

L'encart pub étant fait, Immobilia vous souhaite une excellente soirée et peut-être à demain pour de belles photos!

lundi 1 janvier 2007

test

Technorati Profile http://technorati.com/account/blogs/claimchoices?url=http://blog.i-g.ch

La neige

Elle arrive!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! (cliquez sur l'image pour visionner l'image actualisée)

Ă‚mes sensibles, abstenez-vous!

En chargeant l'image webcam du sommet du télésiège des Grands-Plans ce matin, j'ai tout d'abord cru à l'imposture. Qu'elle avait, durant la nuit, subi les mêmes dégâts que bien des crânes au réveil ce matin. Une image grise. Tant de gris uniforme, c'est saisissant! Mais aux variations de tons à peine perceptibles, le focus de la caméra qui ne cesse de se réajuster, j'ai compris que c'était bien l'image réelle du paysage tout là en-haut. J'ai donc décidé d'aller vérifier.

Il faut vous dire qu'il pleuvait au village. Le souci de chacun est donc de savoir quelles sont les conditions sur les pistes. A peine arrivée à la télécabine, le découragement fit peu à peu place au soulagement. Les gouttes se muaient gentiment en flocons. Il ne faisait pas froid, mais les précipitations s'infiltraient de toute part, si on n'y prend garde et ne s'emmitoufle jusqu'au bout des cheveux.

Âmes sensibles, abstenez-vous! Savez-vous que le brouillard est le pire ennemi d'un estomac mal accroché??? Pour un premier de l'an, il n'en fallait pas plus! Même la vidéo complète de la pendaison de Saddam ne vous laisse pas tremblant, le coeur au bord des lèvres et transpirant tout à la fois qu'un brouillard opaque qui vous mélange nord et sud, ciel et terre en un tourbillon d'écoeurement.

15:52, la webcam des Grands-Plans bouge! Elle se projette sur une masse sombre dans sa partie droite de l'image, une autre un peu moins épaisse et dense sur la gauche, plus en hauteur. Elle n'arrive pas à stabiliser, semble chahutée (le vent?). Puis les masses sombres disparaissent. Le néant à nouveau. Le brouillard a apparemment totalement repris ses droits sur le paysage.

A deviner, c'Ă©tait une vue sur la Tsarva...

Peut-être est-ce le moment d'en faire autant, de rejoindre ce même néant, afin de se remettre de toutes ces émotions?

Bonne année à chacun de nos lecteurs - assidus, je n'en doute pas une seconde... bonne année et tous nos voeux pour 2007!

PS.
16:05. Plus nette mais toute aussi chahutée, l'image dévoile une vue surprenante sur le nouveau départ du téléski de l'Orzival et la buvette, juste au-dessus. Etonnant, très étonnant, cette image! Et 2 skieurs que j'entraperçois descendre en live. Etonnant, très étonnant!

Premier billet

Ceci est le premier billet sur Dotclear. Éditez-le.

Les événements précédents seront peu à peu transférés de notre ancien Immoblog (adresse en link à droite). Merci pour votre patience et "gros becs"
Add to Technorati Favorites blogCloud