L'immoblog ou les vacances Ă  la montagne

Immobilia-Grimentz

dimanche 29 avril 2007

Combat de reines

Chez nous, les vaches sont reines. Sur les affiches, l'événement était annoncé depuis des mois. Dans la réalité des faits en ce dimanche 29 avril, sous un soleil implacable, l'événement a drainé une foule surprenante. Des parkings de voitures plein des deux côtés de la vallée, de Mission et de St-Jean, et des accents aussi divers qu'exotiques se mêlaient à la foule. Et des reines, des rangées de reines.

Les combats avaient débuté tôt le matin.

En Valais, les vaches ont un instinct tout particulier. Oui, elle produise un peu de lait et paissent dans les paturages, mais chez nous elles combattent avant tout. Elles combattent pour établir leur hiérarchie.

Passé l'hiver à l'étable, l'été les réunit sur leurs prés au mayen d'abord, puis à l'alpage. Et c'est là que les combats débutent.

Les vaches de la race d'Hérens sont de couleur brune à noire et de corpulence râblée, assez courtes sur pattes. On voit rarement des vaches au pelage noir marbré de blanc, mais ça arrive. Nous en avons vu un bel exemplaire aujourd'hui. C'est surprenant, car on les confondrait à des vaches de race fribourgeoise - hè oui, comme le drapeau - mais ça reste des valaisannes. Sur la question du pelage, le combat fait aussi rage car d'aucun prétendra qu'il ne s'agira pas d'une indigène alors que d'autres prétendent, qu'il fut un temps, c'était elle que prévalait. Nous laisserons la question à votre appréciation.

Toujours est-il que les combats d'aujourd'hui furent acharnés, pour certains. Certes, ils manquaient du charme de l'alpage, mais celui de la foire semblaient pourtant les mettre en train. Le but est pour elles de se retrouver par catégorie sur le terrain et de combattre à l'aide de leurs cornes pour mettre en déroute l'adversaire suite à des luttes parfois avortées parfois acharnées. Celle qui capitule a trouvé sa maîtresse. Ici, elle est du même coup expulsée du champ de bataille. Impitoyablement.

La plupart de ces bêtes ne se retrouvera que sur un prochain terrain de jeu officiel. Peu d'entres elles à l'alpage cet été. Mais, place à 2 séquences qui vous en diront mieux et plus long:





Petite précision utile en fin de combat. Les vaches sont, au hasard du sort, soumise au même contrôle anti-dopage que nos sportifs d'élite. Si si...!

mercredi 25 avril 2007

Horaire continu Ă  l'Ă©cole d'Anniviers

Sous les feux de la rampe ces derniers temps en Suisse, l'horaire continu des écoles. L'automne dernier, la discussion était lancée dans une commune du canton de Genève. Ce matin sur la RSR, le canton de St-Gall faisait l'objet d'une discussion similaire.

La question de l'horaire scolaire continu est chère aux anniviards car elle s'est posée ici il y a plus de trente ans pour la première fois et le système a été mis en vigueur en 1991. Au grand bonheur de tous. Et pourtant, le débat a longtemps fait rage.

Le centre scolaire du Val d'Anniviers a été construit au tout début des années septantes et la première volée a fait son entrée à fin août 1971. Auparavant, les enfants des villages suivaient leurs leçons dans des classes communes. La même salle de classe de chaque patelin regroupait autant les niveaux de 1ère année d'école primaire que de 6ème. Et on ne parlait même pas de l'école enfantine, alors!

Dès la fin de la construction du centre, tous les enfants de la vallée ont convergé à Vissoie pour y suivre des cours par niveaux et pour lier des amitiés hors village. Une même vallée ensemble à l'école. A l'heure de la fusion des communes, le pas paraît dérisoire, mais c'était, à ce qu'on dit, une sacrée révolution pour les mentalités d'alors.

20 ans plus tard et après d'âpres discussions entre communes plus ou moins éloignées du centre scolaire de Vissoie, le régime de l'école passait à l'horaire continu. Petit flashback d'avant ce changement:

Contexte - 1982 (date prise au hasard de nos souvenirs)

  • 06h35 RĂ©veil qui sonne, debout!
  • 07h00 Petit-dĂ©jeuner
  • 07h20 Brosser les cagnolettes
  • 07h30 Prendre le bus Ă  la poste
  • 07h55 ArrivĂ©e Ă  Vissoie
  • 08h00 DĂ©but des cours
  • 11h25 Fin des cours du matin
  • 11h30 Bus pour remonter Ă  Grimentz
  • 11h55 ArrivĂ©e Ă  Grimentz, reste Ă  rentrer Ă  la maison Ă  pied
  • 12h15-13h00 DĂ®ner en vitesse
  • 13h05 Après le brossage des cagnolettes, redĂ©part Ă  vĂ©lo pour gagner quelques minutes
  • 13h15 Bus pour Vissoie
  • 13h45 DĂ©but des cours de l'après-midi
  • 16h25 Fin des cours de l'après-midi
  • 17h00 Retour Ă  Grimentz, chemin direct pour la maison pour y faire nos devoirs et nos leçons
  • 19h00 Espoir de regarder 5 minutes la tĂ©lĂ© avant le souper - et encore, plus grand chose pour les enfants Ă  cette heure-lĂ , mais Ă©videmment plus de temps pour une activitĂ© quelconque
Et dans le meilleur des cas, la fatigue et le mal des transports ne se font pas trop ressentir par ces allers et retours quotidiens et incessants. Que ceux qui connaissent notre vallée et son conditionnement géographique montagneux se remémorent quelques contours pour rallier leur station favorite et ils comprendront la perte d'énergie et de temps que ces trajets impliquaient.

Aujourd'hui, les enfants mangent à la cantine de l'école et rejoignent désormais leur domicile à 14h45. Ce système leur épargne une fatigue inutile et leur laisse beaucoup plus de temps pour leurs leçons, mais surtout pour leurs activités favorites.

S'il n'a pas fait la totalité des émules au départ, peu de voix s'élèvent maintenant à l'encontre de ce système.

Et c'est avec fièrté pour cette bonne cause que nous sommes si souvent cités en exemple dans la presse et les médias comme nous le fûmes à nouveau ce matin.

mardi 24 avril 2007

Du vin des glaciers en Anniviers

(Illustration: la montée du vin il y a fort longtemps)
Un article du Nouvelliste tombe aujourd'hui même on ne peut mieux. Le vin des glaciers est dans le Val d'Anniviers une tradition aussi ancrée que les montagnes et fait la fièrté de ses habitants et de Jean Vouardoux, grande figure du village et préposé aux visites de la bourgeoisie - dont je vous parlerai (de la bourgeoisie et de l'oncle Jean, s'entend) plus précisément dans un billet futur. L'article ne le mentionne pas ici, mais sachez qu'il vous concocte tous les lundis des visites du village absolument truculentes avec dégustation de ce fameux et fort controversé breuvage dont on vous parle abondamment ci-dessous. Mais... place à une information professionnelle sur le sujet par Paul Vetter:

Pas de bouteille pour le «Glacier»
RÉGLEMENTATION Peut-on vendre du Vin du Glacier en bouteilles? «Non»,répond le projet d’Ordonnance sur la vigne et le vin, un texte qui protège avec rigueur cette tradition vinicole anniviarde.

Lire la suite

lundi 23 avril 2007

Héliski et concours à 1 réponse simple

Départ Aeschihorn au pied du Zinalrothorn, ski sur le Hohlichtgletscher, montée au col de Moming 3777m (entre le Zinalrthorn et le Weisshorn), descente sur le glacier de Moming, jusqu'à Zinal.
, précision utile de l'un de nos guides de la journée.

Un héliski nous a déposé ce matin au milieu des montagnes, derrière le Zinalrothorn dans la vallée de Zermatt au soleil levant.

Que les habitants de Grimentz nous pardonnent si les pales de l'hélicoptère ont perturbé leur sommeil, bien que ce dernier n'ait pas survolé le village puisqu'il est arrivé par le sud. Par où il a repris son envol.

Il a ensuite survolé le barrage, puis le glacier de Grimentz - pardon, de Moiry puisque remarque en a été faite, la cabane du même nom (de Moiry, pas de Grimentz) en face de laquelle nous n'avons pas manqué de saluer en pensée mais à haute voix tout de même notre cousin Etienne (Salamin, bien sûr) pour nous avancer prudemment mais sûrement à l'encontre d'une falaise surmontée d'un col. La montagne nous fonçait dessus, nous avons retenus notre souffle, inquiets et curieux de découvrir subitement la vallée qui allait surgir d'un coup juste derrière, à nos pieds. Et c'est le soleil qui est venu à notre rencontre, d'un seul coup! Puis la vallée s'est découverte, un gouffre gigantesque qui s'étalait soudain sous le ventre de la machine. Le vide immense. Un petit coup de de barre à droite et nous longions une montagne abrute où même la neige avait peu d'emprise pour s'accrocher car d'une verticalité à vous faire froid dans le dos!

Lire la suite

mercredi 18 avril 2007

Le printemps est arrivé en une nuit

Grimentz s'est vidé de ses touristes.

Dimanche déjà, les pistes de ski vous donnaient un arrière-goût de reviens-y l'année prochaine. La neige fondait à vue d'oeil et toutes les mains des employés des remontées mécaniques s'activaient à débarasser les pistes de leurs accessoires de balisage. Nous tracions sereinement nos contours sans risque de percuter un voisin potentiel.

Au village, la température avait déjà sensiblement augmenté, la verdure précipitamment repris le dessus. Les volets et les portes des commerces se sont peu à peu fermés.

Au soir, la rue a été envahie par une cohue bruyante et décontractée d'employés de tous établissements. Une ambiance surchauffée mais bon enfant égayait le village et les quelques restaurants encore ouverts. La relâche était totale, les sourires béats. Le retour dans leurs pays respectifs pour une pause bien méritée y était certainement pour quelque chose...

Dès le lendemain, la ronde des chantiers a débuté par l'arrivée de gros véhicules et les artisans ont commencé à défilé à notre guichet. Qui pour une clé de chalet, qui pour une clé d'appartement afin de refaire boiseries ou peinture, réparer une installation électrique, etc. Revoir nos co-villageois et échanger à nouveau quelques mots avec eux nous ramène à une réalité que nous avions presque oubliée dans l'agitation de la saison. Nous avons l'impression confuse mais rassurante de nous retrouver enfin chez nous. Or, la lassitude nous gagnera dans quelques semaines et, repus de cette réclusion, nous serons heureux de voir à nouveau les volets des établissements s'ouvrir et nos hôtes revenir hanter les lieux!

Mais, pour le moment, l'herbe continue de pousser de manière exponentielle et le printemps est bel est bien arrivé. Le soleil darde inlassablement les bois des maisons de ses rayons.

C'est avec une pointe de nostalgie que nous clĂ´turons ce billet...

lundi 16 avril 2007

Assemblée générale des RMA et fusion

(Cliquez sur l'illustration pour afficher l'article sous sa forme originale)

La fusion à petits pas : REMONTÉES MÉCANIQUES - Les quatre sociétés du val d’Anniviers veulent attendre la mise en place de la future commune pour penser à une réunion. Résultat exceptionnel au vu de la saison.

Nous vous l'avions promis hier, un complément de clôture sérieux de la saison vu sous l'angle des remontées mécaniques d'Anniviers (RMA) et comme le boulot de notre ami journaliste au Nouvelliste Charly Arbellay est bien plus professionnel que le mien, nous nous permettons de vous livrer son article de ce matin:

Anniviers aura-t-elle des effets positifs sur un rapprochement des quatre sociétés de remon- tées mécaniques? Cette inter- rogation a eu le mérite de sus- citer le débat lors de l’assem- blée générale des remontées mécaniques d’Anniviers (RMA), la société faîtière prési- dée par Nicolas Salamin. Si la question ne se pose pas pour Vercorin – qui est située sur la commune de Chalais – les trois autres sociétés sont concer- nées. En effet, chaque année celles de Saint-Luc - Chando- lin, Zinal et Grimentz contri- buent à la prospérité des com- munes. Elles versent globale- ment plus de 650000 francs par année sous forme de partena- riat et d’aides à diverses instal- lations: piscines, observatoire, garderies d’enfants, bus na- vette, société de développe- ment, etc. A cela s’ajoutent les impôts et les taxes.

En retour, certaines com- munes comme Saint-Luc, Chandolin et Ayer cautionnent les crédits LIM. «Une commis- sion intercommunale des fi- nances travaille actuellement sur ces dossiers. La nouvelle commune va reprendre tous les actifs et passifs», a relevé Simon Crettaz, président des prési- dents. «Il est vrai que le plus simple serait de faire reconnaî- tre les remontées d’utilité publi- que comme c’est le cas dans les pays qui nous entourent. Rien de cela chez nous!»

Une pose légitime
Pour Michel Buro, prési- dent du conseil d’administration des remontées mécani- ques de Saint-Luc - Chandolin, les choses sont claires! «Nous avons suffisamment réalisé d’études et connaissons toutes les formules. Il existe le plan A qui consiste à rester sous la forme actuelle avec notre so- ciété faîtière des RMA et le plan B qui prévoit tous les types de fusion. Il faut procéder par étape. Actuellement et vu la mise en place de la nouvelle commune d’Anniviers,nous de- vons faire une pause dans nos démarches et privilégier la poli- tique des petits pas.»

C’est cette philosophie, que certains qualifieront de pru- dente, qui s’est d’ailleurs déga- gée de l’assemblée. La fusion passera en premier lieu par un rapprochement des domaines skiables de Grimentz et Zinal.

20 millions pour la liaison
Il s’agit d’un projet de liai- son par téléphérique de Gri- mentz à Sorebois sur Zinal. Cette installation de 3,5km transportant 800 personnes à l’heure est devisée à 20 millions de francs. Elle relierait les deux domaines skiables à l’horizon 2010-2011.

«Nous sommes au stade d’une convention d’accords.Ac- tuellement, les sociétés de Gri- mentz et Zinal mettent à jour les bases des investissements et les engagements respectifs. En- suite, nous pourrons aller de l’avant», a souligné Yves Sala- min, directeur des remontées mécaniques de Grimentz.

De grands groupes immobiliers, hôteliers et de bains thermaux, Hollimont notamment fortement implantée à Grimentz, souhaitent que se réalise la grande entité du ski anniviard.

RECETTES EN HAUSSE DE 6%
Vu le manque de neige, la saison 2006- 2007 devait être celle de tous les cauchemars! Rien de tout cela pourtant en Anniviers! Au contraire, les recettes estivales ont progressé de 10% et celles de l’hiver de 6%. Ces chiffres résultent d’un bond exceptionnel de Zinal qui a progressé de 20% grâce à ses installations d’enneigement mécanique.

Cependant, cet enthousiasme est atténué par la hausse brutale des tarifs de l’électricité, soit +16,4% pour les installations, +39,6% pour le tarif de nuit et +24,5% pour les restaurants. Cette hausse annoncée tardivement n’a pas permis aux quatre sociétés des remontées mécaniques d’adapter leurs tarifs.

A peine les sociétés ont-elles coupé le contact pour cette saison qu’il faut déjà prévoir la suivante. Et la station de Zinal va anticiper l’ouverture de ses installations, puisqu’elles seront ouvertes dès le 5 novembre 2007. Ce choix précoce s’explique par la tenue des entraînements de différentes équipes suisses de ski. Quant aux autres stations de la vallée, l’ouverture est fixée au 22 décembre.

dimanche 15 avril 2007

Le dernier jour

Le dernier jour de la saison. DĂ©jĂ .

Cette dernière n'a pourtant pas été courte, mais elle est bien vite arrivée à son terme. L'étonnement est à son comble chaque année lorsqu'on y parvient. Skieurs invétérés, les consciences sont plus lourdes à porter lors de la dernière descente. Même si l'échéance revient d'année en année, on s'étonne de ressentir à chaque fois le même pincement au coeur, une nostalgie insidieuse.

Pour les remontées mécaniques d'Anniviers et malgré un début difficile, la saison se termine sur un bénéfice global de +5%. Nous y reviendrons dans un prochain billet plus en détail.

Les derniers préparatifs de départ pour la buvette de l'Orzival avec une pause bien méritée en fin de saison.

Le traditionnel apéro de fin de saison devant le restaurant. Ce dernier remporte toujours franc succès. Non, les bonhommes en rouge et jaune ne sont pas les joueurs du HC Sierre, mais l'équipe de mal-voyants qui nous fait toujours l'honneur et le plaisir d'envahir nos pistes le temps d'un week-end. Abordez-les sans retenue si vous les croisez la saison prochaine, ils sont trop sympas. Nous reparlerons d'eux une autre fois.

Un dernier regard porté sur la fameuse Tsarva... un brin nostalgique entre neige et rocher.

L'équipe de l'étable qui a mis la clé sous le paillasson, le moment de fêter la chose dignement avant de reprendre le chemin du village et des chantiers. Ils viennent en outre se prélasser à voir leurs collègues du restaurant de Bendolla bûcher encore quelques heures sous les feux de la rampe.

Une dernière et improbable touriste dans son transat :-)

La terrasse du Florioz qui ne désemplit jamais.

Le combat de l'herbe verte sur la neige blanche... enfin blanche...















THE END ;-(

samedi 14 avril 2007

Les commerçants de Grimentz sur la question de Sierre-Anniviers Tourisme

L'assemblées des commerçants de Grimentz s'est déroulée avant-hier soir sous la houlette de Stéphane Zufferey, président de la société de développement du village (SD) et de Francis Salamin de l'agence-confrère d'Immobilia, Grimentz-Location. Ces derniers sont nos émissaires auprès de Sierre-Anniviers Tourisme depuis peu.

Sierre-Anniviers Tourisme? Cette entité a été créée pour regrouper nos forces marketing sur le plan touristique de la vallée d'Anniviers et de la ville de Sierre.


Lire la suite

jeudi 12 avril 2007

Fusion des remontées mécaniques de Grimentz et de Zinal

La semaine dernière, nous avions brièvement abordé le thème de la fusion des remontées mécaniques de Grimentz et de Zinal suite à la parution d'un petit article dans Le Temps (cf. billet du 6 avril dernier).

Le projet était dans l'air, comme nous le mentionnions, depuis un certain temps. En effet, il était question, il y a fort longtemps de cela, d'un projet reliant Grimentz à Vercorin. Cette idée remonte au début des années nonantes mais a rencontré d'énormes difficultés imposées par le milieu écologiste suisse. En effet, ces derniers, souvent issus de milieux citadins et peu touchés par le développement économique potentiel d'une région - ce passage lu entre les lignes sent le soufre, pardon - ont pris dans notre pays une importance considérable et ont fort bien réussi à nous mettre les bâtons dans les roues.

Tant et si bien que ce premier projet de liaison finit par capoter définitivement. Nous fûmes dès lors contraints de nous soumettre à des conditions drastiques et irrémédiables lors de la construction de notre télésiège des Grands-Plans afin, même, d'empêcher tout revirement futur.

Du coup, nous nous sommes tournés sur l'autre versant.

Zinal se doit de remplacer son téléphérique. Ce dernier date de la fin des années 60 et a un débit de 800 personnes/heure (pour comparaison, la télécabine de Grimentz a été construite en 1988 et offre un débit de 1600 personnes/heure). Or, il en coûte pour cela un montant d'environ 20 millions de francs, ce qui est énorme pour une petite société de remontées mécaniques.

Un projet à 2 permettrait de pallier cette première difficulté purement financière, mais offrirait à chacune des sociétés la possibilité de se positionner comme domaine skiable de catégorie supérieure. Etant donné l'altitude des 2 domaines, l'enneigement est assuré et l'investissement ne pose donc pas de question particulière.

Projet est donc de relier les 2 domaines par un téléphérique de 100 places par cabine et d'un débit de 1000 personnes/heure. Pourquoi un téléphérique, nous demanderont certains d'entre vous, alors que de petites cabines permettent d'assurer une meilleure fluidité du trafic? La question relève du choix du terrain et de l'infrastructure à y apposer. Le versant est de Zirouc ne se prête guère qu'à un téléphérique.

Ce projet de liaison, car certains d'entre vous suivent avec intérêt et depuis des années le plan d'évolution de nos remontées, chamboule un peu votre vision des choses. En effet, il reporte d'autres projets comme le remplacement des Lonas, par exemple, mais les conditions-cadres de notre station ont grandement évolué. Elles n'ont en fait plus rien à voir avec la situation qui prévalait il y a une dizaine d'années. D'où ces réajustements.

Le projet de liaison s'accompagne d'un réaménagement des pistes afin de faciliter le retour des skieurs car la piste des chamois (cf. billet du 25 mars dernier) est trop exigente pour un trafic de skieurs pendulaire.

Or, dans l'immédiat pour l'année à venir, 2 autres projets sont en cours d'étude pour améliorer les conditions d'enneigement, mais nous y reviendrons une autre fois.

Autre information, peut-ĂŞtre sortie de tout contexte mais tant pis, la navette St-Jean-Grimentz-Zinal fait environ 50'000 passagers en hiver.

Bref. A l'image de notre directeur des remontées mécaniques, Yves Salamin en illustration, vous noterez que nos projets sont dûment soumis à réflexion et que nous ne sommes par conséquent pas des têtes brûlées, hihi.

lundi 9 avril 2007

Simple clareté

Il est des repères symboliques magnifiques, dans une petite communauté comme la nôtre. Voici en illustration le cimetière, dimanche à midi, soit le jour de Pâques:

Tout simple et rangé, baignant dans une lumineuse clareté qui n'a rien de froid lorsqu'elle illumine toutes ces pensées adressées à nos disparus.

dimanche 8 avril 2007

Torpeur de Pâques à Grimentz - complément

Les crécelles ont été sous les feux de la rampe le temps d'un reportage à la télévision suisse romande.

19:00 le journal - 19:00 le journal : Grimentz (VS): les rites ancestraux pour célébrer Vendredi Saint:
http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500071&bcid=493078&format=160

Mignon, non ;-)

P.S. Au menu de Pâques de l'année prochaine: la recherche des oeufs. Suite au prochain épisode, donc, si j'ose.
P.S.S. Du billet du 25 mars: le mayen pris en photo n'est pas celui du Mayen 1903 au Biolec.

samedi 7 avril 2007

Torpeur de Pâques à Grimentz

Torpeur de Pâques? Ici? Voici une vision bien romantique à laquelle nous ne serons certainement jamais confrontés!

Les cloches sont maintenant parties pour Rome jusqu'à dimanche. Jusqu'ici rien d'extraordinaire car nos contrées judéo-chrétiennes ne déparaillent pas de vos propres coutumes. Cette semaine encore, nous les avons entendues - souvenir vécu de manière fort précise à 06h15 - jeudi matin et un beau concert d'adieu jeudi soir. Toujours est-il qu'à Grimentz le silence et l'immobilisme ne retombent pas pour autant.

Depuis des centaines d'années durant ces jours, selon une tradition qui a failli se perdre dans les années septantes (soixante-dix, pardon!), ce sont les enfants qui officient pour annoncer l'heure des messes, celle des champs, voire de l'Angélus.

Pour ce faire, il se servent à volonté de crécelles ou rouchellas, instrument en bois ressortis de greniers et raccards (illustration: crécelle vue de près). La crécelle se tient par la manivelle et se tournoie dans les airs par des gosses surexcités et heureux de l'aubaine. Sur le mode de l'orgue de barbarie, mais en plus barbare encore..., la crécelle se met alors à hurler. Fort, très fort. Inutile de songer à prétexter ne pas avoir entendu l'appel de l'Angélus!

Les anciens de l'agence, en remontant leurs souvenirs, évoquent plus précisément le temps où les enfants faisaient tonner leurs crécelles la journée durant pour annoncer la messe de 7 heures, celle du chemin de croix, de la Sainte-Cène, le chapelet et nous en passons certainement car la Semaine Sainte regorge d'événements catholiques (cochez ceux auxquels vous souhaitez participer). Il semblerait qu'à force, la chose en devenait pesante :-O

Pourtant, ces temps-là sont bien révolus et, aujourd'hui, ce genre de manifestation relève de l'attraction médiatique et touristique. Il y a même quelque chose de touchant à entendre ce grésillement lointain dont voici un petit aperçu:



Torpeur de Pâques? L'écho des pistes de ski s'est à nouveau fait entendre de manière exceptionnelle ce matin déjà. Pour une fois que le temps nous est annoncé sans doute permis et sans hésitation par les médias depuis des jours pour ce fabuleux week-end de Pâques, pourquoi s'en priver??? Comme nous vous le disions jeudi, que ceux qui ne peuvent profiter du soleil et de l'air printanier se fassent leur propre mal en consultant sur les webcams dont le lien se trouve juste à droite de ce petit message.

Bonnes Pâques à vous, chers lapinous :-)

vendredi 6 avril 2007

L'or bleu et l'or blanc

A propos de l'or bleu, ou des bains dans les stations touristiques et ceux de Grimentz pour votre information, cliquez sur http://blog.sixieme-dimension.ch/index.php/2007/04/05/277-les-stations-font-le-pari-risque-de-l-or-bleu car notre amie Danielle de Crans-Montana a fort bien résumé l'affaire.

A propos de l'or blanc, c'est aujourd'hui une journée record sur les pistes de ski. Il n'a manqué que quelques montées pour atteindre le chiffre faramineux de 4'000 passages. Quant à lui, évoquer le chiffre d'affaires n'aurait que peu de sens sans point de comparaison, mais les parkings étaient pleins à craquer, les passages de voitures et de bus incessants tout au long de la journée. Le soleil a brillé sur tous les domaines skiables de la vallée et ce weekend ne laissera, semble-t-il, personne en reste. Nous reviendrons également plus en détail sur le projet de télécabine et de liaison avec Zinal la semaine prochaine.

Dans l'immédiat, demain, une affaire qui fait grand bruit...!

Vers une fusion des remontées mécaniques de Grimentz et Zinal?


Un téléphérique entre les 2 stations











Comme vous le savez certainement, le patron d'Immobilia est également très, très impliqué dans la société des remontées mécaniques de Grimentz. C'est pourquoi nous nous offrons sans vergogne ce petit billet. De plus, il est bon que l'information provienne d'une entité extérieure digne de foi.

Le projet que nous détaille ici Le Temps, journal romand, est dans l'air des montagnes d'Anniviers depuis un certain temps et résume parfaitement la situation qui prévaut pour faire évoluer nos stations et nos équipements dans un but qualitatif pour nos hôtes, vous certainement: les fonds nécessaires à la réalisation.

Aaaah l'argent, l'argent... Si on l'avait nous aurions été heureux d'inaugurer la chose avec vous dans un délai raisonnable ;-)

Mesdames, Messieurs, à votre bon coeur ou à vos idées, donc!
































































jeudi 5 avril 2007

Grimentz en chiffres

Grimentz en chiffres Ă  l'heure actuelle, c'est...

425 habitants
302 Ă©lecteurs exactement


5452 lits touristiques, dont:
  • - 2'200 lits parahĂ´teliers
  • - 287 lits de groupes
  • - 235 lits hĂ´teliers
Au total 2722 lits, par conséquent, dont nous connaissons l'utilisation, pour 2730 qui demeurent dans le plus grand flou. D'aucun dira qu'il y a pire comme chiffres. Nous ne désespérons pas de faire une analyse comparative éventuelle avec d'autres stations, si possible.

Pour le moment, faisons-nous un peu mal, mais pas trop - enfin... si vous y tenez, faites un tour du côté des webcams... Bref. Pour ce faire, nous nous en sommes tenus à une visite virtuelle de la plaine de Bendolla, ce midi même. Pas plus haut... Cliquez donc simplement sur l'image ci-dessous. Bonne visite!




Au fait, merci pour l'accueil délirant que vous avez fait à notre scoop de dimanche dernier, tant par mails ou commentaires qu'en live en croisant certains d'entre vous dans la rue ;-) Je retiens, entre autres, un
Aaaaahhh.... Aquanet c'est vous?

dimanche 1 avril 2007

L'eau débit pour Internet

Comme de coutume sur le plan technique, les montagnards sont souvent les derniers servis. Nous nous rappelons, ici à Grimentz, qu'il n'y a pas si longtemps ne traversaient les ondes de notre tube cathodique que les 3 chaînes nationales de notre petit et beau pays (nous, chauvinistes?? Nooooonnnn!). C'est du moins nos souvenirs d'enfance. De là à vous dire s'ils étaient en couleurs... Les chaînes françaises chez grand-maman à Sierre nous paraissaient si exotiques, alors.

Mais aujourd'hui, retournement de situation.

En effet, la qualité du réseau d'eau de notre vallée d'Anniviers a incité Aquanet, nouveau Fournisseur d'Accès Internet dans la région et concurrent direct de notre fameux fournisseur Netplus, a la sélectionner pour sa campagne de test.

C'est avec bonheur que nous avons donc été choisis, parmi les habitants du canton, pour participer à ce programme!

Des techniciens passeront prochainement dans tous les ménages d'Anniviers, et effectueront (en accord avec les services de la voirie) une opération de sous-sol visant à raccorder les canalisations d'eau au réseau internet haut débit "AQUANET".

Cette nouvelle technologie nous permettra de recevoir l'Internet, sans limite, et plus tard au fil de l'eau, le téléphone et la télévision.

Un antivirus gratuit sera associé à l'offre, le "Maggot catcher" (en Français "attrapeur d'asticot"), les premiers essais ayant détecté la présence fréquente de ce ver dans les installations d'altitude.

Voilà de quoi réjouir la population si souvent laissée pour compte dans ce genre de domaine, enfin... la population intéressée par le sujet.

Evidemment, pour Immobilia-Grimentz la contribution sera conséquente ces prochaines semaines puisque dans le cadre de la gérance des appartements qui nous ont été confiés nous allons être au front des opérations. Un courrier officiel de la nouvelle société Aquanet vous parviendra, à vous habitant ou propriétaire, assez rapidement et nous ne manquerons pas de nous tenir à disposition pour toute information complémentaire dès que nous aurons suivis les 3 séminaires de préparation auxquels nous nous sommes inscrits.

Grimentz et le Val d'Anniviers évolue, en route vers le futur, nous espérons que la qualité de ce nouveau service vous enchantera.
Add to Technorati Favorites blogCloud