Sur la place "du Coher" se faisait la criée publique à la sortie des offices religieux du dimanche.

"Lo Coher" √©tait non seulement le lieu de l'information officielle, mais aussi l'endroit o√Ļ l'on d√©battait de l'actualit√© et des √©v√®nements. Les beaux parleurs √©taient certes plus √©cout√©s, mais chacun avait la possibilit√© de s'exprimer. Une bonne r√©partie valait certaines fois mieux qu'un long discours.

Un panneau d'affichage, posé au coin de la place, a d'abord complété puis remplacé la criée. Les belles affiches manuscrites ont peu à peu été remplacées par des affiches dactylographiées. Les titres WordArt, la couleur des imprimantes égaient aujourd'hui l'affichage au pilier public, pour combien de temps encore ?

Le blog peut pallier aujourd'hui "lo Coher" o√Ļ le cercle s'est r√©duit avec la d√©sertion des offices religieux pour d√©battre de l'actualit√© et des √©v√®nements locaux. Il doit permettre √† chacun de s'exprimer, quelque soit son langage et sa fa√ßon d'√©crire. Bravo √† tous ceux qui s'expriment!

"Lo Coher" mot patois qui signifie l'endroit o√Ļ l'on cause.


"[lo corrchcher]!", la reprise phonétique d'Aurel me renvoyait sans embage à mes classiques. En effet, en patois, si j'ai bien capté le message sous-jacent, le "h" se prononce "r". Mais pas un "r" à la méridonale, roulé comme les vagues. Ni un "r" mouillé et susurreux comme un poème de Pouchkine. Un "r" sec et anguleux, ausi sérieux que nos amis suisses allemands lorsqu'ils évoquent leur célèbre armoire de cuisine "[rorichaschli]".

"Lo Coher" est plus généralement situé au niveau du parvis de l'église. Chez nous, il est dans la montée. Et le panneau d'affichage a donc été ajouté, quoique bien avant l'époque du WordArd.

Bref. Dans toute cette histoire, c'est moi la plus pipelette, si je comprends bien :-0


Petite pr√©cision. Si vous saviez le nombre de ph√ītes d'ortaugrafe que je ne fais pas moi-m√™me. Le hic, c'est qu'on les voit qu'en situation r√©elle, une fois le message publi√©. A la diff√©rence que je peux corriger les miennes. Alors, ne vous inqui√©tez pas pour √ßa, c'est idem pour tous et l'id√©e compte avant tout.