L'Ă©loge de la lenteur

Les icônes bibliques côtoient celles d'Elvis et de Dalida. Une cabane et des moutons ont suffi à Célestin pour les plus de 30 dernières années de son existence. En 1995, il avait 84 ans. Pour rien au monde il ne serait remonté au village. Célestin ne s'estime pas bienheureux, il n'ira pas tout droit au paradis, son mérite n'est pas assez grand pour cela. Non, il est seulement un moyen coquin.

On est pourtant convaincu de sa bonne place à côté du Seigneur, désormais. Avec ou sans cabane et moutons.


L'Ă©loge du silence

Le Père Paul, mort à 92 ans selon mes calculs, calculs qui se vérifient en retrouvant l'annonce mortuaire parue dans le Nouvelliste. Exactement le même jour que Marie Epiney. Auront-ils fait chemin commun jusqu'au paradis? On se plaît à le croire tant l'image est plaisante, rassurante.

Si ce que tu as Ă  dire est plus beau que le silence, alors dis-le!

Durant ses dernières années d'existence, le Père Paul est conscient d'avoir pu s'offrir le luxe de la solitude et du temps. La solitude de celui qui l'a choisie et l'accompagne pour le meilleur.

Les souvenirs d'enfance de l'immoblog sont liés aux passages occasionnels du Père Paul devant le chalet familial, quelques conversations naïves alors qu'il s'en venait des Luisannes. Même une messe en plein air devant chez lui alors que nous nous rendions, ce dimanche matin-là, chez les Epiney - voisins de quelques bonnes minutes à pied.


L'homme est un loup pour l'homme

2ème dans le flux de vidéo, on nous présente aussi un personnage de la vallée d'à côté. Philippe l'évolénard qui est parti s'installer dans un village d'altitude alors occupé à l'année. C'était le "bon vieux temps". Il avait emmené avec lui ses vaches et son chien. Il avait.

Face caméra, Philippe évoque le recours des Verts pour une amenée d'eau au "village" sous prétexte qu'il nuit à la zone d'un petit lac de montagne. L'échec du projet. Philippe constate alors simplement que:

L'animal en voie de disparition en montagne, c'est l'homme.

Aujourd'hui, Philippe a été contraint de redescendre au village (habité d'Evolène) car son étable n'était plus aux normes.


Voilà. L'immoblog tenait à inverser la procédure du reportage pour terminer sur ce constat. Il devrait pouvoir nous faire réfléchir et remettre en question nos priorités. Absolument pas pour nous imposer de retourner à une existence d'antan [la vie de Célestin sans internet et électricité à pédale - au minimum - pour vous écrire? Pas vraiment...], ni vous ni moi. Mais au moins respecter ceux qui aspirent à un idéal et ne pas leur mettre les bâtons dans les roues, à défaut de les aider dans leur démarche.