La route du Val d'Anniviers possède son histoire. Cette dernière tient tout de l'épopée, romancée à souhait, du péplum, quasi, si nos imaginations se fient à ses fiers emblèmes que sont les peupliers de Niouc. On installerait à cet endroit précis une dîme des feuilles, un payage de style français pour marquer l'entrée dans la vallée que personne ne songerait à s'en défendre tant cela paraîtrait naturel. Et surtout pas certains de nos touristes, trop effrayés par le premier aperçu des contours pour parvenir jusqu'à cet endroit précis.

Nos peupliers, on les voit de loin depuis la plaine [du Rhône, siôca]. Il y en a 6. Comme il y a [encore] 6 communes qui composent notre vallée et de provenance de citoyens, à l'époque, pour nous offrir une route digne de ce nom. Si la mémoire de l'immoblog est bonne, un livre entier est consacré à notre ruban de terre et de bitume... et d'amertume, notre seul lien avec la plaine. Bon, si on considère les sentiers pédestres, les vols en parapente, le câble internet et ceux de la télévision ou la téléphonie, même l'hélicoptère ou les satellites, d'autres liens se sont depuis lors noués avec l'extérieur. Mais... vous descendez en para chez le dentiste ou faire vos courses, vous?

Lire la suite