La loi s’appliquera dans un peu plus d’une année, si l'information est correcte. D’ici lors, nous devrons nous allier avec une région pour former une destination touristique conséquente au point de remplir les critères de ceux qu’exige la nouvelle loi. Comment allons-nous «recycler» les sociétés de développement puisqu'elle n'y ont plus leur place? Les sociétés de village peuvent-elles les suppléer si elles n’ont ni les mêmes buts ni les mêmes types de membres? Et bien sûr aussi, qui et comment serons-nous tous concernés par le financement? Bref. Comment est-ce que ça se passera chez nous - pour nous - sur le terrain? Qu’en pensons-nous?

Dans les faits, beaucoup d’inconnues. C’est pourquoi il est temps de revenir sur une revendication déjà formulée. Je ne sais pas vous, mais, pour ma part, j’aimerais bien savoir à quoi m’attendre, ne serait-ce que pour mieux appréhender les événements que nous traversons, ainsi que de définir une position officielle des différents acteurs anniviards du tourisme, une discussion que nous aurions déjà dû mener. Donc d'en débattre une bonne fois au moins [et plus] ensemble, posément.

Nouvelle commune, nouvelles autorités, ces dernières ne manquent aujourd’hui déjà pas de priorités urgentes, certes, mais peut-être celle-ci en fait-elle partie, puisque personne d'autre ne semble être en mesure d'y pouvoir?


Après... je ne me souviens plus… je me rappelle juste d’un coup de coude qui m’a fait sursauter. Y paraît que je commençais à ronfler un peu fort. L’assemblée était entrain de conclure en rappelant que le comité provisoire à la création des statuts du PDC Anniviers convoquerait son peuple pour le rassembler à nouveau et causer futur.

Puis on est passé, comme partout ailleurs, à l'apéro fraternisateur. Au blanc ou au rouge. L’a bien choisit sa couleur, le PDC… :twisted:


PS. Pour tous les boudeurs de la loi, retournez au petit challenge du week-end. Ou Ă  celui de notre Ă©poque immoglobienne [plus que 39 jours!].