Un vrai temps de mars.

Plus rien à voir avec les conditions, ne serait-ce, d'il y a une toute petite semaine. 2 mois d'une perception presque tangible nous séparent de cette époque tourmentée.

Depuis hier, avant-hier peut-ĂȘtre, les signes ne trompent pas: les chants d'oiseaux se dĂ©multiplient Ă  l'infini et leurs tonalitĂ©s se diversifient d'une maniĂšre incroyable - particuliĂšrement virulents Ă  l'aube et au crĂ©puscule [merci pour le rĂ©veil, vivement qu'on s'y rĂ©habitue], la premiĂšre mouche s'Ă©tire les ailes - tout Ă©baubie [mĂȘme pas drĂŽle de l'Ă©liminer, trop facile], les fourmis envahissent les premiers logements [et les locataires qui rĂąlent. Pour rappel: Ă  Disneyland, y a pas ce genre d'inconvĂ©nients], la neige entame ses dĂ©ruptes sur les prĂ©s ensoleillĂ©s, les routes dĂ©goulinent en dĂ©gageant des tonnes de gravier accumulĂ© et les bandes de brouillard Ă©parses arpentent avec vigueur les pentes des Lona.

Donc... c'est l'printemps!

Je vous laise, je file m'Ă©piler. :lamp:


Pssssstt... Comment les pistes cet hiver? RĂ©pondez Ă  notre grand sondage, c'est sur votre droite!