Nonobstant ces quelques aspects qui en laisse perplexes, la loi soulève des enjeux d'importance pour lesquels il faut combattre et nous permet d'avancer d'un bon pas sur le plan de l'économie touristique puisqu'elle tient compte de tous ceux qui profitent du tourisme.

Aujourd'hui, les propri√©taires qui louent leur logement sont ceux qui trinquent le plus alors que ce sont eux qui font vivre nos stations pour limiter les volets clos, les lits froids, etc. Bien s√Ľr, ils profitent d'une manne qui leur fournit un revenu qui lui permet de couvrir certains frais, mais la situation inverse de celui qui profite sans pour autant amener sa pierre est d√©cri√©e par les partisans de la loi et va l'encontre des int√©r√™ts de leur r√©gion d'accueil. [v. la taxe est justifi√©e].

D'ailleurs, un rapide calcul interne [à notre agence] tendrait à prouver que la nouvelle loi ne change en effet pas grand-chose pour les propriétaires-loueurs et pour ceux qui ont toujours correctement participé au financement touristique local de leur résidence secondaire. Il en est même qui participent activement à la vie du village et à celle de notre société de développement, très fidèles, et la plupart du temps aussi très appréciés.

En 2008, Anniviers s'est exprim√© haut et fort sur certains points de la nouvelle loi. Une 2√®me lecture a ensuite apport√© des corrections satisfaisantes et notre d√©put√©e Marie-No√ęlle Massy-Mittaz a fait y a sans doute beaucoup contribu√©.

En 2009, les Anniviards accueillait Jean-Michel Cina avec un certain scepticisme, ce mercredi 4 février-là. Cina a pourtant su convaincre, je crois. Du milieu de la foule, on avait le sentiment qu'il repartait en ami, convaincus que nous étions, et que nous sommes toujours, d'apporter des fondements utiles à une décision en nous portant comme région-pilote dans le cadre d'une étude d'application sur la base de cette nouvelle loi à voter. Nous avions ainsi clairement décidé de nous mettre en question pour avancer, pour savoir avant de voter.

Cette √©tude devrait √™tre sur le point d'aboutir. Sans doute nous donnera-t-elle des indications int√©ressantes relatives au groupement des r√©gions, th√®me cher aux Anniviards. Mais surtout, elle permettra √† chacun de savoir de mani√®re limpide combien la nouvelle loi lui co√Ľtera. Portons face √† ces chiffres, un regard r√©aliste, mais aussi un regard port√© sur notre √©volution bien au-del√† du r√©troviseur! Esp√©rons-lu, du moins.

Quelle direction ferons-nous prendre à notre barque au lendemain de cette votation?

  • Oui au tourisme, enjeux et arguments
  • Le r√©f√©rendum, initiateurs et arguments
  • La conf√©rence de presse par Sixi√®me Dimension: La votation du 29 novembre est un choix √† faire entre deux visions et deux fa√ßons de pr√©parer le tourisme pour demain, une √©tant l'√©volution de l'autre. C'est un choix qui d√©terminera notre capacit√© √† travailler et d√©velopper le tourisme par une promotion et une organisation professionnelles.


PS. Au risque de me faire pendre [√† nouveau], mon opinion se lit bien s√Ľr entre les lignes. Sans formation sp√©cifique, mon travail n'a de toute mani√®re aucune pr√©tention journalistique et mon blog n'engage toujours que moi. Peut-√™tre percevez-vous les m√™mes faits ou √©v√®nements de mani√®re diff√©rente. N'h√©sitez pas, dans ce cas, √† faire valoir votre perception ou votre point de vue en commentaire. Toute contribution est richesse d'opinion. Entre-temps, r√©fl√©chissez bien en surfant sur les liens propos√©s.