Chaque arrivĂ©e de vacanciers gĂ©nĂšre une foule de manipulations [de la ponction au versement en passant par le calcule mensuel des nuitĂ©es] Ă  notre agence, puis Ă  l'OT, Ă  la commune et Ă  l'Ă©tat ensuite. Sans parler des problĂšmes de coulage. Si la loi passe, pour notre part, nous connaissons dĂ©jĂ  les surfaces [qui devront bien sĂ»r ĂȘtre vĂ©rifiĂ©es], base valable et utile une bonne fois pour toutes. On pourra dĂšs lors accueillir nos vacanciers-locataires avec un grand sourire et leur tendre leur clĂ© sans arriĂšre-pensĂ©e. Ce point peut parfaitement faire partie des maillons d'une chaĂźne positive dans la balance de leurs vacances. Et ça c'est tout bĂ©nef pour le propriĂ©taire-loueur qui couvre ainsi quelques frais.

Bon, c'est pas tout, mais on va pas s'étaler, on a déjà ressassé ces arguments. D'autant que dÚs qu'on parle de lits froids, de volets clos et compagnie on nous pointe illico du doigt. C'est qui qui disait Le comble de l'hébergeur, c'est qu'on n'est pas sorti de l'auberge!...?