L'immoblog ou les vacances Ă  la montagne

Immobilia-Grimentz

dimanche 10 février 2008

Chassé-croisé suite - vu par la TSR

Ce que la journaliste n'a pas vécu, hier, ce fut l'après-midi qui nous attendait. Notre agence n'a pas désempli, tant et si bien que nous avons vite oublié sa présence du matin.

De fait, la journée ne "risquait" pas de bien se passer [les métiers de la caméra ne sont, le stress aidant, pas acquis à la minute], mais allait se dérouler comme sur du papier à musique. On devrait pouvoir offrir le beau temps sur commande à nos visiteurs, comme il le fut et le sera tout au long de ces prochains jours.

Bref, tout le monde arrivé et on annonce déjà des records d'affluence sans précédent sur les pistes. Nos pistes que nous avons aujourd'hui cédées à nos hôtes. D'ailleurs, nous ne prendrons même pas la peine de vérifier cette assertion qui, tout comme pour la météo, ne fait pas l'ombre d'un nuage.

A voir ou à revoir, le reportage à Grimentz du chassé-croisé des vacances ou croisé-chassé :-)

samedi 9 février 2008

Journée chargée en perspective

Nous nous préparons aujourd'hui à l'une des journées - que dis-je - LA journée la plus chargée de l'année. Cette première semaine de Carnaval était presque pleine, à une poignée de logements près. La suivante sera totalement pleine!

On espère que nos amis vacanciers, qu'ils partent ou qu'ils viennent n'auront pas trop d'encombrement, sur la route. En tout cas, ce ne sera pas nécessaire de mettre les chaînes pour arriver :-)

Bon voyage!

samedi 2 février 2008

Frau Nickel

Une imprudence toute spontannée et voici les pire [drôles] ennuis!

Une conversation téléphonique avec un couple allemand pleine d'entrain et de bonne humeur plus tard, Madame me demande mon nom. C'est mon prénom qui sillonne à travers les 800 kilomètres de fibre optique qui nous sépare pour atterir dans ses oreilles... puis son cerveau. La mentalité allemande voulant qu'on ne se prénomme que lorsqu'on a fait schmolitz - et non pour se différencier de 200 autres gulus dans un patelin puisque ce genre de situation a peu de chance d'exister hors de nos frontières alpines - Madame m'a immédiatement rebaptisée d'un involontaire "Frau Nickel". On ne peut mieux! Il n'a ensuite nullement été question de corriger, du bout des lèvres pour la forme, mais le signal n'aura par chance jamais été capté. Rires.

Cet après-midi, c'est un tonitruant "Sind Sie Frau Nickel?" et une solide poignée de main qui ont déboulé à mon guichet. Eclat de rire. J'adore!!

Pourvu qu'ils n'apprennent jamais la vérité.
Add to Technorati Favorites blogCloud