L'immoblog ou les vacances Ă  la montagne

Immobilia-Grimentz

mercredi 10 juin 2009

Les samedis sierrois

Ailleurs, mais pas si loin...

Si on ne transhume de nos jours plus pour survivre à cultiver nos vignes et nos terres et à transbahuter nos affaires sur les routes d'Anniviers, nous y passons proportionnellement toujours autant de temps. Pour nos affaires, bien sûr, mais aussi pour notre bon plaisir car la plaine est devenue pour nous, consommateurs, synonyme de temples d'achats, bouffeurs de cartes de crédit pour tout ce qu'on ne trouve pas forcément dans la vallée.

Du coup, on descend à vide alors qu'on le faisait autrefois à plein et on remonte... chargés comme des mulets. Dire qu'entre-temps on croyait avoir progressé!

Ce n'est pas en prônant la décroissance qu'on vous suggère de considérer vos achats sous un angle un tantinet différent. En tout cas pas pour les Anniviards de la vallée. Ni pour ceux qui ne vivent pas dans les environs immédiats de la ville qui se prélasse à nos pieds. Toujours est-il qu'à Sierre à partir de cette fin du mois d'août, on vous propose de lever le pied et de les entreprendre avec plaisir et convivialité.

Commerçants, la suite est pour vous.

Lire la suite

lundi 24 novembre 2008

Carte postale


En route pour New York. One way, never come back!

dimanche 23 novembre 2008

Carte postale



samedi 22 novembre 2008

La neige!


A 8m au-dessus du niveau de la mer tout juste et bien loin des Alpes: la neige me talonne! C'est promis, la prochaine fois je vise l'Afrique pour les vacances... :-/

Combien est-ce qu'il est tombé, en Valais? Les webcams laissent songeur.



vendredi 21 novembre 2008

Carte postale



Avez-vous une idée de la température qu'il faisait au moment de la photo?

samedi 26 juillet 2008

Téléférique urbain

Sauf si on est actionnaire de la société, un remonte-pente - égal sous quelle forme - est un moyen de transport auquel on accorde l'intérêt purement pratique qui lui revient d'habitude. Ça, c'est dans nos montagnes et ceci pour une alpine comme l'immoblog [va pour l'immoblog au féminin!]. Or, une fois sortie de sa réserve, elle trouve un charme exotique à ces télés jonglant sur les toits, surplombant des rades ou même se faufilant dans des sous-sols. "Hors contexte", ça devient subitement étrange et curieux et... assez exotique, finalement. En Europe, en Asie ou en Amérique latine, à la verticale ou à l'horizontale, vieilles comme Adam ou propres comme des sous neufs, ces installations sont parfois des attractions en soi au point d'en omettre la destination.

Le téléférique d'aujourd'hui part d'une altitude à ras-les-pâquerettes de 212 mètres pour rallier un point culminant à 475 mètres. 263 mètres de dénivelé entamé à 6 mètres/seconde, pas de quoi boucher une oreille. 220 chevaux et 1600 tours/minutes pour les aficionados. Pas de quoi boucher une oreille? Et pourtant on a l'impression de voler en décollant au-dessus du fleuve [l'histoire ne dit pas si on se sent comme un oiseau dans l'eau], les pieds dans le vide et de rapidement découvrir une ville au toits tuilés de rouge, pris dans ces petites bulles.
Add to Technorati Favorites blogCloud