Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/html/ecrire/tools/pdf4dc/functions.php on line 26
Vie au village - avril 2007 - L'immoblog ou les vacances Ă  la montagne

L'immoblog ou les vacances Ă  la montagne

Immobilia-Grimentz

dimanche 29 avril 2007

Combat de reines

Chez nous, les vaches sont reines. Sur les affiches, l'événement était annoncé depuis des mois. Dans la réalité des faits en ce dimanche 29 avril, sous un soleil implacable, l'événement a drainé une foule surprenante. Des parkings de voitures plein des deux côtés de la vallée, de Mission et de St-Jean, et des accents aussi divers qu'exotiques se mêlaient à la foule. Et des reines, des rangées de reines.

Les combats avaient débuté tôt le matin.

En Valais, les vaches ont un instinct tout particulier. Oui, elle produise un peu de lait et paissent dans les paturages, mais chez nous elles combattent avant tout. Elles combattent pour établir leur hiérarchie.

Passé l'hiver à l'étable, l'été les réunit sur leurs prés au mayen d'abord, puis à l'alpage. Et c'est là que les combats débutent.

Les vaches de la race d'Hérens sont de couleur brune à noire et de corpulence râblée, assez courtes sur pattes. On voit rarement des vaches au pelage noir marbré de blanc, mais ça arrive. Nous en avons vu un bel exemplaire aujourd'hui. C'est surprenant, car on les confondrait à des vaches de race fribourgeoise - hè oui, comme le drapeau - mais ça reste des valaisannes. Sur la question du pelage, le combat fait aussi rage car d'aucun prétendra qu'il ne s'agira pas d'une indigène alors que d'autres prétendent, qu'il fut un temps, c'était elle que prévalait. Nous laisserons la question à votre appréciation.

Toujours est-il que les combats d'aujourd'hui furent acharnés, pour certains. Certes, ils manquaient du charme de l'alpage, mais celui de la foire semblaient pourtant les mettre en train. Le but est pour elles de se retrouver par catégorie sur le terrain et de combattre à l'aide de leurs cornes pour mettre en déroute l'adversaire suite à des luttes parfois avortées parfois acharnées. Celle qui capitule a trouvé sa maîtresse. Ici, elle est du même coup expulsée du champ de bataille. Impitoyablement.

La plupart de ces bêtes ne se retrouvera que sur un prochain terrain de jeu officiel. Peu d'entres elles à l'alpage cet été. Mais, place à 2 séquences qui vous en diront mieux et plus long:





Petite précision utile en fin de combat. Les vaches sont, au hasard du sort, soumise au même contrôle anti-dopage que nos sportifs d'élite. Si si...!

mardi 24 avril 2007

Du vin des glaciers en Anniviers

(Illustration: la montée du vin il y a fort longtemps)
Un article du Nouvelliste tombe aujourd'hui même on ne peut mieux. Le vin des glaciers est dans le Val d'Anniviers une tradition aussi ancrée que les montagnes et fait la fièrté de ses habitants et de Jean Vouardoux, grande figure du village et préposé aux visites de la bourgeoisie - dont je vous parlerai (de la bourgeoisie et de l'oncle Jean, s'entend) plus précisément dans un billet futur. L'article ne le mentionne pas ici, mais sachez qu'il vous concocte tous les lundis des visites du village absolument truculentes avec dégustation de ce fameux et fort controversé breuvage dont on vous parle abondamment ci-dessous. Mais... place à une information professionnelle sur le sujet par Paul Vetter:

Pas de bouteille pour le «Glacier»
RÉGLEMENTATION Peut-on vendre du Vin du Glacier en bouteilles? «Non»,répond le projet d’Ordonnance sur la vigne et le vin, un texte qui protège avec rigueur cette tradition vinicole anniviarde.

Lire la suite

lundi 23 avril 2007

Héliski et concours à 1 réponse simple

Départ Aeschihorn au pied du Zinalrothorn, ski sur le Hohlichtgletscher, montée au col de Moming 3777m (entre le Zinalrthorn et le Weisshorn), descente sur le glacier de Moming, jusqu'à Zinal.
, précision utile de l'un de nos guides de la journée.

Un héliski nous a déposé ce matin au milieu des montagnes, derrière le Zinalrothorn dans la vallée de Zermatt au soleil levant.

Que les habitants de Grimentz nous pardonnent si les pales de l'hélicoptère ont perturbé leur sommeil, bien que ce dernier n'ait pas survolé le village puisqu'il est arrivé par le sud. Par où il a repris son envol.

Il a ensuite survolé le barrage, puis le glacier de Grimentz - pardon, de Moiry puisque remarque en a été faite, la cabane du même nom (de Moiry, pas de Grimentz) en face de laquelle nous n'avons pas manqué de saluer en pensée mais à haute voix tout de même notre cousin Etienne (Salamin, bien sûr) pour nous avancer prudemment mais sûrement à l'encontre d'une falaise surmontée d'un col. La montagne nous fonçait dessus, nous avons retenus notre souffle, inquiets et curieux de découvrir subitement la vallée qui allait surgir d'un coup juste derrière, à nos pieds. Et c'est le soleil qui est venu à notre rencontre, d'un seul coup! Puis la vallée s'est découverte, un gouffre gigantesque qui s'étalait soudain sous le ventre de la machine. Le vide immense. Un petit coup de de barre à droite et nous longions une montagne abrute où même la neige avait peu d'emprise pour s'accrocher car d'une verticalité à vous faire froid dans le dos!

Lire la suite

mercredi 18 avril 2007

Le printemps est arrivé en une nuit

Grimentz s'est vidé de ses touristes.

Dimanche déjà, les pistes de ski vous donnaient un arrière-goût de reviens-y l'année prochaine. La neige fondait à vue d'oeil et toutes les mains des employés des remontées mécaniques s'activaient à débarasser les pistes de leurs accessoires de balisage. Nous tracions sereinement nos contours sans risque de percuter un voisin potentiel.

Au village, la température avait déjà sensiblement augmenté, la verdure précipitamment repris le dessus. Les volets et les portes des commerces se sont peu à peu fermés.

Au soir, la rue a été envahie par une cohue bruyante et décontractée d'employés de tous établissements. Une ambiance surchauffée mais bon enfant égayait le village et les quelques restaurants encore ouverts. La relâche était totale, les sourires béats. Le retour dans leurs pays respectifs pour une pause bien méritée y était certainement pour quelque chose...

Dès le lendemain, la ronde des chantiers a débuté par l'arrivée de gros véhicules et les artisans ont commencé à défilé à notre guichet. Qui pour une clé de chalet, qui pour une clé d'appartement afin de refaire boiseries ou peinture, réparer une installation électrique, etc. Revoir nos co-villageois et échanger à nouveau quelques mots avec eux nous ramène à une réalité que nous avions presque oubliée dans l'agitation de la saison. Nous avons l'impression confuse mais rassurante de nous retrouver enfin chez nous. Or, la lassitude nous gagnera dans quelques semaines et, repus de cette réclusion, nous serons heureux de voir à nouveau les volets des établissements s'ouvrir et nos hôtes revenir hanter les lieux!

Mais, pour le moment, l'herbe continue de pousser de manière exponentielle et le printemps est bel est bien arrivé. Le soleil darde inlassablement les bois des maisons de ses rayons.

C'est avec une pointe de nostalgie que nous clĂ´turons ce billet...

dimanche 15 avril 2007

Le dernier jour

Le dernier jour de la saison. DĂ©jĂ .

Cette dernière n'a pourtant pas été courte, mais elle est bien vite arrivée à son terme. L'étonnement est à son comble chaque année lorsqu'on y parvient. Skieurs invétérés, les consciences sont plus lourdes à porter lors de la dernière descente. Même si l'échéance revient d'année en année, on s'étonne de ressentir à chaque fois le même pincement au coeur, une nostalgie insidieuse.

Pour les remontées mécaniques d'Anniviers et malgré un début difficile, la saison se termine sur un bénéfice global de +5%. Nous y reviendrons dans un prochain billet plus en détail.

Les derniers préparatifs de départ pour la buvette de l'Orzival avec une pause bien méritée en fin de saison.

Le traditionnel apéro de fin de saison devant le restaurant. Ce dernier remporte toujours franc succès. Non, les bonhommes en rouge et jaune ne sont pas les joueurs du HC Sierre, mais l'équipe de mal-voyants qui nous fait toujours l'honneur et le plaisir d'envahir nos pistes le temps d'un week-end. Abordez-les sans retenue si vous les croisez la saison prochaine, ils sont trop sympas. Nous reparlerons d'eux une autre fois.

Un dernier regard porté sur la fameuse Tsarva... un brin nostalgique entre neige et rocher.

L'équipe de l'étable qui a mis la clé sous le paillasson, le moment de fêter la chose dignement avant de reprendre le chemin du village et des chantiers. Ils viennent en outre se prélasser à voir leurs collègues du restaurant de Bendolla bûcher encore quelques heures sous les feux de la rampe.

Une dernière et improbable touriste dans son transat :-)

La terrasse du Florioz qui ne désemplit jamais.

Le combat de l'herbe verte sur la neige blanche... enfin blanche...















THE END ;-(

lundi 9 avril 2007

Simple clareté

Il est des repères symboliques magnifiques, dans une petite communauté comme la nôtre. Voici en illustration le cimetière, dimanche à midi, soit le jour de Pâques:

Tout simple et rangé, baignant dans une lumineuse clareté qui n'a rien de froid lorsqu'elle illumine toutes ces pensées adressées à nos disparus.

dimanche 8 avril 2007

Torpeur de Pâques à Grimentz - complément

Les crécelles ont été sous les feux de la rampe le temps d'un reportage à la télévision suisse romande.

19:00 le journal - 19:00 le journal : Grimentz (VS): les rites ancestraux pour célébrer Vendredi Saint:
http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500071&bcid=493078&format=160

Mignon, non ;-)

P.S. Au menu de Pâques de l'année prochaine: la recherche des oeufs. Suite au prochain épisode, donc, si j'ose.
P.S.S. Du billet du 25 mars: le mayen pris en photo n'est pas celui du Mayen 1903 au Biolec.

samedi 7 avril 2007

Torpeur de Pâques à Grimentz

Torpeur de Pâques? Ici? Voici une vision bien romantique à laquelle nous ne serons certainement jamais confrontés!

Les cloches sont maintenant parties pour Rome jusqu'à dimanche. Jusqu'ici rien d'extraordinaire car nos contrées judéo-chrétiennes ne déparaillent pas de vos propres coutumes. Cette semaine encore, nous les avons entendues - souvenir vécu de manière fort précise à 06h15 - jeudi matin et un beau concert d'adieu jeudi soir. Toujours est-il qu'à Grimentz le silence et l'immobilisme ne retombent pas pour autant.

Depuis des centaines d'années durant ces jours, selon une tradition qui a failli se perdre dans les années septantes (soixante-dix, pardon!), ce sont les enfants qui officient pour annoncer l'heure des messes, celle des champs, voire de l'Angélus.

Pour ce faire, il se servent à volonté de crécelles ou rouchellas, instrument en bois ressortis de greniers et raccards (illustration: crécelle vue de près). La crécelle se tient par la manivelle et se tournoie dans les airs par des gosses surexcités et heureux de l'aubaine. Sur le mode de l'orgue de barbarie, mais en plus barbare encore..., la crécelle se met alors à hurler. Fort, très fort. Inutile de songer à prétexter ne pas avoir entendu l'appel de l'Angélus!

Les anciens de l'agence, en remontant leurs souvenirs, évoquent plus précisément le temps où les enfants faisaient tonner leurs crécelles la journée durant pour annoncer la messe de 7 heures, celle du chemin de croix, de la Sainte-Cène, le chapelet et nous en passons certainement car la Semaine Sainte regorge d'événements catholiques (cochez ceux auxquels vous souhaitez participer). Il semblerait qu'à force, la chose en devenait pesante :-O

Pourtant, ces temps-là sont bien révolus et, aujourd'hui, ce genre de manifestation relève de l'attraction médiatique et touristique. Il y a même quelque chose de touchant à entendre ce grésillement lointain dont voici un petit aperçu:



Torpeur de Pâques? L'écho des pistes de ski s'est à nouveau fait entendre de manière exceptionnelle ce matin déjà. Pour une fois que le temps nous est annoncé sans doute permis et sans hésitation par les médias depuis des jours pour ce fabuleux week-end de Pâques, pourquoi s'en priver??? Comme nous vous le disions jeudi, que ceux qui ne peuvent profiter du soleil et de l'air printanier se fassent leur propre mal en consultant sur les webcams dont le lien se trouve juste à droite de ce petit message.

Bonnes Pâques à vous, chers lapinous :-)
Add to Technorati Favorites blogCloud